Partagez | 
 

 You're my end and my beginning [Teddy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Parchemins : 60
Gallions : 92
Crédit(s) : Eriam
Disponibilité RP : 3/3
Célébrité : Katie McGrath
Enrôlé(e) depuis le : 22/04/2017
Camp : Order of the Phoenix
Age du Personnage : 32 ans
Particularité : Aucune
Baguette : 28,5 centimètres - Plutôt rigide - Bois d'aubépine avec en son cœur du ventricule de dragon
Patronus : Un chevreuil
Epouvantard : Sa sœur, Bellatrix
MessageSujet: You're my end and my beginning [Teddy]   Mar 30 Mai - 20:38

ALL OF ME —




— TED & ANDIE
« Mais oui Maman… T’es belle ! » Dans le reflet du miroir, Andy croisa le regard faussement exaspéré de sa fille, modulé d’un sourire amusé. A treize ans à peine, Nymphadora entrait de plein pied dans l’âge ingrat, ce qui ne la rendait pas moins adorable mais peut-être un tantinet plus exigeante – et méprisante – face aux faiblesses de ses parents qu’elle accueillait généralement avec autant d’enthousiasme qu’un boutin d’acné sur son joli minois. Il fallait dire, pour sa défense, qu’elle avait passé les trente dernières minutes à regarder sa mère tergiverser sur le choix d’une robe dans la petite salle d’eau attenante à l’infirmerie de Poudlard. Les lèvres pincées, Andromeda se fit la promesse solennelle de graver cet instant à tout jamais dans sa mémoire et de le rappeler au bon souvenir de sa fille, lorsque celle-ci aurait passé le cap ingrat de la trentaine et des dix années de mariage. Elles en riraient, pour sûr – du moins la concernant. Cette simple pensée suffit à voir se dessiner sur son visage un sourire satisfait – et un brin moqueur, oui – tandis qu’elle s’employait à renouer son chignon pour la quatrième fois consécutive. « Hé, Tonks ! » La porte de l’infirmerie s’ouvrit à la volée pour laisser apparaître la silhouette dégingandé d’un adolescent d’une quinzaine d’années aux cheveux roux ébouriffés. « C’est bon, t’es prête ? » Les cheveux écarlates, la principale intéressée sauta sur ses deux pieds et vint s’emparer de son sac à dos, abandonné à même le sol à quelques mètres de là. « Tonks ?! » s’exclama Andromeda, les mains sur les hanches, comme elle interrogeait sa fille d’un regard sévère. « Le prends pas mal mais… » bafouilla la gamine, tout en se balançant d’un pied sur l’autre. « Nymphadora, ça craint. » Et de plaquer un gros baiser sur la joue de sa mère avant de prendre ses jambes à son cou. « Ciao Maman, amuse-toi bien ! » Mi-figue mi-raisin, Andy finit par esquisser un sourire amusé. En dépit de la guerre qui rôdait hors les murs, sa fille semblait mener une existence presque normale et insouciante. Rien n’aurait pu la ravir davantage. Sur le plan strictement matériel, sa propre enfance avait sans doute été plus riche, mais Dora n’avait jamais manqué d’amour ni de rires. Les premières années de son existence avaient certes révélé une certaine maladresse chez ses très jeunes parents, mais leurs erreurs de débutant avaient été rapidement comblées par toute l’affection qu’ils avaient pour elle, si bien qu’elle ne semblait pas leur en tenir rigueur aujourd’hui. Ils étaient ses parents, de toute éternité et pour toujours.

Souriant à cette idée, Andromeda finit par s’arracher à la contemplation de son reflet dans le miroir. Un rapide coup d’œil à sa montre lui arracha un petit hoquet de surprise. « Sac à gargouilles ! » La réunion de Ted, quelques étages plus haut, était sur le point de s’achever. Sans perdre un seul instant, la jeune femme s’élança à son tour dans le couloir pour gravir quatre à quatre les marches de l’escalier de pierre. En l’espace d’une quinzaine d’années, rien – ou presque – n’avait changé dans ce château. Pourtant, il lui semblait parfois qu’il y régnait une atmosphère différente, bien plus lourde qu’à l’époque où elle n’était encore qu’une simple étudiante. Non sans un pincement au cœur, Andromeda réalisa que sa fille ne goûterait jamais à ce vent de liberté qui lui avait procuré un tel bonheur pendant ses années d’études. Ce château était celui des premières fois : premier sortilège, première potion, premières amitiés – les plus solides -, premier verre, première danse, premier amour – dont certains pouvaient durer une vie entière. A bien des égards, Andie se sentait nostalgique de cette époque. Parfois, il lui arrivait de se demander s’il y avait eu le moindre signe indicateur des événements présents. Elle qui avait grandi entourée des principaux protagonistes de cette guerre n’avait rien vu venir. Cette simple pensée suffisait généralement à la tenir éveillée jusque tard dans la nuit. Le cœur lourd, la jeune femme tenta de se focaliser sur la douce soirée d’été qui se profilait à l’horizon tandis qu’elle atteignait le sixième étage. Après un rapide signe de tête à l’attention du Baron Sanglant qu’elle trouva en grande conversation avec un tableau représentant une très jeune femme, Andy vint se poster devant la salle où la réunion était sur le point de s’achever. Moins d’une fraction de seconde plus tard, la porte s’ouvrit pour laisser apparaître une file indienne de visages sombres aux traits tirés. L’espace d’un court instant, Andromeda sentit son sourire glisser de ses lèvres comme une coulée d’empestine. Son bonheur apparent lui sembla tout-à-coup déplacé. Mobilisée à temps plein pour le bon fonctionnement du camp de réfugiés, la jeune femme n’était pas de toutes les réunions de l’Ordre, si bien qu’il lui manquait souvent quelques informations sur l’état réel de leurs forces. Son domaine d’expertise se limitait à ses recherches sur les Mutes. Son implication dans ce projet était telle qu’elle ne quittait l’infirmerie qu’en de rares occasions. Tout en adressant quelques signes de la main à ceux de ses collègues qu’elle connaissait personnellement, Andromeda guettait la silhouette familière de Ted qui sortit bon dernier. A peine eût-il franchi la porte de la salle qu’elle brandit sa baguette magique du bout de laquelle s’échappa un morceau de tissus ombre qui vint se nouer à l’arrière de la nuque de son époux pour lui bander les yeux. « Surprise… » murmura-t-elle à son oreille avant de déposer un baiser sur sa joue et de glisser sa main dans la sienne pour l’entraîner dans l’escalier en colimaçon menant à la tour d’astronomie.

Il lui avait fallu plusieurs jours de dur labeur pour tout préparer, dans le plus grand secret, mais elle n’était pas peu fière du résultat. Nichée au dernier étage de la tour – qui offrait le plus beau point de vue sur le lac et ses environs – se trouvait la salle de classe qui, jadis, avait accueilli les cours d’astronomie. En raison des récents événements, les élèves avaient déserté les lieux depuis longtemps et pourtant, rien ici n’avait changé. Les télescopes et autres instruments nécessaires à l’observation du ciel étoilé étaient toujours en place, à l’image des coussins de velours, disséminés d’un bout à l’autre de al pièce, sur lesquels les étudiants s’installaient confortablement pour feuilleter leurs livres de classe et dessiner leurs cartes célestes. Mais les souvenirs qu’Andromeda gardait de cet endroit dépassaient – et de loin – le cadre strictement académique. Au moment de libérer Ted du morceau de tissu ui lui bandait les yeux, elle ne doutait pas un seul instant du fait qu’il comprendrait la symbolique de leur venue ici. Près de quatorze ans plus tôt, ils s’étaient retrouvés au clair de lune dans cette tour pour ce qu’ils croyaient être un dernier adieu. « Joyeux anniversaire… » murmura-t-elle à son oreille avant de se hisser sur la pointe des pieds pour glisser ses bras autour de son cou et l’embrasser tendrement. Dans un sourire, elle consentit finalement à se détacher de lui pour le laisser entrevoir les diverses choses qu’elle avait préparées pour l’occasion. Posées sur plusieurs petites tables basses de forme ronde et garnies de bougies, une multitude de petites choses à grignoter les attendaient : mini sandwichs à la dinde, petits pâtés, salade, beignets, tarte aux pommes, fondants maison et autres bouteilles diverses et variées. « Dora est avec Molly et Arthur… Mélusine a bien voulu prendre mon tour de garde… » énuméra Andy, comme elle s’emparait d’une bouteille poussiéreuse dont elle tenta de déchiffrer l’étiquette. « On a… une bouteille de l’un des meilleurs hydromels vieillis en fût de toute la Grande-Bretagne et toute une nuit pour fêter dignement nos treize ans de mariage… » Et de rajouter, comme elle venait se lover de nouveau dans les bras de Ted. « La guerre attendra bien un peu… »

code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 12
Gallions : 34
Crédit(s) : Moi
Disponibilité RP : 2/3
Célébrité : Sam Claflin
Enrôlé(e) depuis le : 11/05/2017
Camp : Order of the Phoenix
Age du Personnage : 32 ans
Particularité : Metamorphomage
Baguette : Bois de cèdre, coeur de corail, 30cm
Patronus : Blaireau
Epouvantard : Des murs se refermant sur lui

ID Card
RP bilingue : Dialogue ou complet
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: You're my end and my beginning [Teddy]   Ven 2 Juin - 6:49

What I like about you...
----------------------------------------------------------------------------------------------

Ted était en train de fouiller minutieusement sa chambre. Par « minutieusement » il faut ici comprendre en réalité : « comme quelqu’un à qui il reste une minute pour trouver l’antidote au poison qui va le tuer ». Il ne vit même pas la silhouette qui apparue dans l’embrasure de la porte. « Papa, on y va? » La porte s’ouvrit un peu et Dora porta aussitôt une main à sa bouche pour étouffer son étonnement et son fou rire devant le chaos qui s’étendait devant elle. « Maman va tellement te tuer! » Vu l’état de la pièce, elle n’était pas loin de la réalité. Ted se redressa brusquement en se cognant la tête sur le coin de la commode. Cette fois, Nymphadora ne put s’empêcher de rire de son pauvre père qui se frottait la tête en contemplant la catastrophe environnante. Non seulement il devrait expliquer ça à Andromeda, mais pire encore il n’avait toujours pas trouvé ce qu’il cherchait. Bien déterminé à ne pas partir les mains vides, Ted sortit de la pièce d’un pas assuré. Se demandant quel autre plan venait de surgir dans la tête de son père, Dora le suivit, ne voulant pas manquer une seconde du spectacle. Ted se mit à ouvrir les armoires de la cuisine alors que la jeune fille s’appuya contre le comptoir. « Qu’est-ce que tu cherches? Maman va se demander pourquoi je suis pas là. » commença-t-elle à s’impatienter. Ted soupira. « Le cadeau pour ta mère…Je ne me souviens plus où je l’ai caché… » Cacher quelque chose à Andromeda dans la maison était un défi en soit. Ted avait bien réussi! Trop bien même…Il regarda le sourire de sa fille s’élargir et ses cheveux prendre une teinte rose de plus en plus vive. Il eut alors une illumination. « C’est toi qui l’a c’est ça… » Dora hocha la tête en riant devant la mine déconfite de Ted. Il venait de se souvenirs, quelques semaines plutôt, il avait demandé à Nymphadora de cacher le cadeau dans sa chambre pour être certaine qu’Andy ne puisse pas le trouver. « Je l’ai mis dans mon sac. On peut y aller maintenant? » Ted l’ignorait encore, mais Dora savait très bien qu’elle allait se faire garder par les Weasley et elle avait bien hâte de passer du temps avec ses amis. Mais, pas question de sortir avant d’avoir ranger un peu. Ted ne voulait pas que ça femme fasse une crise en mettant les pieds à la maison, surtout pas ce jour-là. Ce n’est qu’une fois tout remis un peu pêle-mêle dans les placards et les tiroirs que père et fille se rendirent à Poudlard.

Ted avait une réunion ce jour-là qui allait durer une bonne partie de l’après-midi. Il aurait préféré passer ce temps en famille ou avec Andy, mais il avait quand même certaines responsabilités dans l’Ordre. À peine arrivé, Dora voulu s’élancer rejoindre sa mère à l’infirmerie. Ted l’aurait bien accompagné, mais il risquait d’être en retard. « Hey, une minute jeune fille! Revient un peu ici! » Aussi vite qu’elle était partie, Dora s’arrêta et se retourna l’air agacée. Elle savait très bien ce qu’il voulait et s’approcha en trainant les pieds pour bien lui signifier qu’elle préférerait simplement décamper. Ted se baissa un peu et la serra dans ses bras. Ça pouvait sembler ridicule, mais chaque fois qu’il partait quelque part il devait lui dire au revoir correctement. Il ne l’avait jamais avoué à voix haute, mais s’était au fond pour s’assurer que si un jour il ne revenait pas, Dora garderait un bon dernier souvenir de lui. C’était une crainte stupide…non? Évidemment, Nymphadora ne l’entendait pas de cette façon et voyait plutôt l’habitude de son père comme une perte de temps en plus d’être gênant si ses amis la voyaient! Elle protesta un peu alors qu’il lui souhaita une bonne journée. Puis, elle repartie aussi vite que la première fois vers l’infirmerie. Ted la regarda s’éloigner avec un sourire. Dire que quelques années plutôt, comme pour beaucoup de petite fille, il était son « super-papa », l’homme le plus extraordinaire du monde qui pouvait réussir n’importe quoi. Maintenant, il était plutôt le type qui lui interdisait de faire ce qu’elle voulait. Pourtant, à ses yeux, elle restait toujours sa petite tornade, pas si différent de ce petit paquet de couvertures qu’ils ramenèrent à l’appartement dans lequel ils vivaient ensemble depuis quelques mois à peine. Ted n’était pas du tout le père le plus sévère du monde, il avait d’ailleurs eu beaucoup de mal au début là-dessus, craignant toujours de brimer les libertés de sa fille. Il en avait tant manqué étant enfant qu’il ne pouvait s’empêcher d’y penser. Cependant, les parents avaient tous deux dû s’adapter à la dure réalité qui pesait sur leur famille et agir en considérant avant tout la sécurité de la personne la plus importante à leurs yeux. Après l’avoir vu disparaitre au tournant d’un couloir, Ted se résigna à aller faire son travail.

La réunion fut longue. Ted écoutait d’une oreille distraite, son esprit était ailleurs. Il passa donc les trois-quarts du temps à taper impatiemment du pied sous la table ou à recevoir des coups de coude de son voisin pour le sortir de ses pensées. C’était une journée spéciale et il aurait dû être avec Andromeda…À ses yeux, elle était bien plus importante que toute cette guerre. À l’origine, si Ted s’était impliqué dans l’Ordre, s’était dans l’espoir de pouvoir protéger sa famille. Avec le temps, et avec l’arrivée des Mutes, il avait commencé à prendre la cause plus à cœur. Il ne pouvait tolérer de voir autant de discriminations ridicules partout. D’abord ça avait été les nés-moldus et voilà que les Mutes étaient traités d’une façon bien pire encore. La réunion avait suffi à lui plomber le moral. La situation était loin d’être rose malgré les efforts de tout le monde. C’était sûrement ce qu’il y avait de plus décourageant. Discutant avec quelques autres membres de l’Ordre de ce qui venait d’être soulevé, Ted finit donc par sortir bon dernier de la salle de réunion. Il sursauta alors qu’il lui sembla qu’il devenait aveugle. Il comprit un peu mieux en entendant la voix d’Andromeda dans un souffle tout contre son oreille. Elle l’entraina dans ce qui lui parut être une véritable course d’obstacle. Les escaliers étaient déjà des défis parfois pour lui en temps normal…alors les yeux bandés! Heureusement, Andy était là pour le guider et elle finit par lui lâcher la main. Ted n’osa pas bouger, de peur de briser quelque chose, comme son tibia par exemple en déboulant toutes les marches qu’ils venaient de gravir. Elle finit par lui rendre la vue en lui souhaitant joyeux anniversaire. Un sourire se dessina sur son visage alors qu’elle l’embrassait tendrement. C’était une vraie surprise. Ce le fut plus encore quand il regarda autour et compris enfin où ils se trouvaient. Comment oublier…

Andromeda vint se blottir dans ses bras. « Il n’y a rien qui passe avant toi ce soir. » Treize ans, ce n’était pas rien. Pourtant, Ted l’aimait encore comme au premier jour et cet endroit ne pouvait que le lui rappeler. Il appuya son front contre le sien sans perdre son sourire. « De l’hydromel et une femme superbe, tu es une vraie magicienne tu sais. » Il se souvenait encore de la première fois qu’il avait utilisé cette expression devant elle et surtout du temps qu’il avait dû prendre pour lui en expliquer la signification. Il l’attrapa par la taille et l’entraina avec lui sur un coussin. Depuis quelques temps, trop longtemps, il était rare pour eux de pouvoir passer du temps tous les deux, ne serait-ce qu’à discuter de d’autre sujet que « comment a été ta journée chérie? ». Ted resta un moment en silence à la regarder, gravant cet instant dans sa mémoire. Les temps étaient peut-être durs, mais tant qu’elle serait près de lui avec cette même lueur dans le regard, tout irait bien. « Les Weasley? Je comprends mieux pourquoi Dora était si pressée de partir. » En parlant de Dora, Ted réalisa quelque chose qu’il avait encore oublié. « Par la barbe de Merlin! » s’exclama-t-il visiblement contrarié. « Oh non Andy, j’ai oublié ton cadeau dans le sac de Dora…je te jure que ce n’est pas une mauvaise excuse. » Bon, en treize ans, il lui était peut-être arrivé une ou deux fois d’oublier leur anniversaire de mariage, mais cette année ce n’était pas le cas! Ted se sentit mal de voir tout ce qu’elle avait préparé pour eux alors qu’il n’était même pas capable de lui donner son cadeau. Elle parut plutôt amusée par la tête qu’il faisait. L’oubli de Ted ne semblait pas aussi grave qu’il le pensait. Il se consola quand même un peu avec un mini-sandwich. En tournant la tête, il aperçut un grand arbre au loin dans le parc de l’école. « Tu te souviens? On avait essayé de se laisser des messages dans les branches. » Ça avait fonctionné, jusqu’à ce qu’un coup de vent fasse se retrouver un message dans les mains de la mauvaise personne… Ted sourit. Depuis qu’ils étaient de retour à Poudlard, il ne se passait pas une journée en parcourant le château sans qu’il ne se souvienne de quelques choses. Des amis qu’il s’était fait, des mauvais tours, des siestes pendant les cours d’histoire de la magie…et d’Andromeda. Il marchait parfois dans un corridor et se surprenait à sourire en repensant à ces deux adolescents amoureux se souriant discrètement d’un bout à l’autre du couloir. Ils n’étaient peut-être plus des enfants, mais si la crainte entre eux était disparue, le reste était intact. Ça n’avait pas toujours été facile, surtout avec la guerre et les angoisses qu’elle suscitait. Il leur était arrivé, fréquemment, de ne pas être d’accord, de se disputer, comme tous les couples. Mais, surtout depuis le retour à Poudlard, leur amour ne semblait que plus fort comme en témoignait la façon dont ils se regardaient yeux tout au sommet de cette tour qui aurait pu être le triste souvenir de leurs adieux si le destin ne s’était pas mêlé de leur histoire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Parchemins : 60
Gallions : 92
Crédit(s) : Eriam
Disponibilité RP : 3/3
Célébrité : Katie McGrath
Enrôlé(e) depuis le : 22/04/2017
Camp : Order of the Phoenix
Age du Personnage : 32 ans
Particularité : Aucune
Baguette : 28,5 centimètres - Plutôt rigide - Bois d'aubépine avec en son cœur du ventricule de dragon
Patronus : Un chevreuil
Epouvantard : Sa sœur, Bellatrix
MessageSujet: Re: You're my end and my beginning [Teddy]   Ven 2 Juin - 22:59

ALL OF ME —




— TED & ANDIE
Est-ce que ça en valait la peine ? Andromeda ne comptait plus le nombre de fois où cette question lui avait été posée, par des amis proches ou bien de simples connaissances – pour ne pas dire de parfaits inconnus. Pendant toutes ces années, la jeune femme avait mis un point d’honneur à ne pas répondre à ce qu’elle considérait comme une provocation. Quelques treize ans plus tôt, le bruit de son union avec Ted s’était répandu comme une traînée de poudre de cheminette dans le monde des sorciers. A cet instant précis, Andy avait compris que leur histoire d’amour ne leur appartenait plus vraiment. En osant piétiner les rites ancestraux de l’une des plus anciennes – et puissantes – familles de sorciers de Grande-Bretagne, les deux amants avaient autorisé tout un chacun à se faire l’avocat ou le juge de leur transgression – et ce bien malgré eux. Méprisée par beaucoup, admirée par tant d’autres, Andromeda faisait surtout l’objet de toutes sortes de curiosités. A l’occasion d’une ballade avec sa fille sur le Chemin de Traverse, elle avait entendu se murmurer sur son passage l’hypothèse farfelue selon laquelle elle ne serait pas la fille de ses deux parents, les rumeurs allant bon train pour déterminer celui qui de son père ou de sa mère s’était rendu coupable de trahison – la côte des paris donnant Cygnus bon gagnant. La plupart des remarques se voulaient bienveillantes – stupides dans le pire des cas. D’autres n’en demeuraient pas moins blessantes. Ainsi, certains curieux peinaient à se figurer ce qu’une vie entière aux côtés de Ted Tonks pouvait bien représenter face à un coffre-fort remplis de gallions d’or ou la promesse d’un mariage fécond avec l’un des meilleurs partis du monde des sorciers. A ceux-là, Andromeda n’avait jamais rien trouvé à répondre. Le besoin primaire – presque primitif – qu’elle ressentait de se trouver à ses côtés jusqu’à son dernier souffle ne semblait pas avoir d’origine ni de fin. Il n’y avait pas de mot pour le décrire. Voilà pourquoi cela resterait à jamais au-delà de la compréhension de leurs esprits tordus et étriqués.

Est-ce que ça en valait la peine ? Andromeda ne pouvait prétendre ne jamais s’être posée la question – c’eût été mentir. Ce qu’elle avait perdu par cette chaude nuit du mois d’août ne se mesurait pas en gallions d’or. Ce soir-là, elle avait définitivement perdu l’affection d’une sœur et le respect d’une autre. Ce soir-là, elle avait définitivement perdu le droit de se revendiquer d’une lignée, s’était vue à jamais privée de ses racines qui, bien qu’elles aient pu se révéler noircies ou pourries par endroit, avaient contribué à faire d’elle la femme qu’elle était devenue. Elle s’était construite par rapport à elles, et parfois malgré elles. Oui, Andromeda avait beaucoup perdu ce soir-là. Mais ce n’était rien comparé à ce qu’elle avait gagné. Elle avait gagné une famille – unie. Elle avait gagné un foyer. Et plus encore que tout cela, elle avait gagné un amant, un ami, un allié – à nul autre pareil. La jeune femme accueillit le compliment d’un sourire tranquille, amusée par l’emploi de cette expression dont la signification était longtemps demeurée un mystère pour elle. Lorsque Ted la saisit brusquement par la taille, elle ne put réprimer une petite exclamation de surprise avant de se laisser tomber avec lui dans les coussins qui jonchaient le sol, la gorge traversée d’un petit rire léger. En dépit de ce qui se tramait par-delà les murs de ce château, elle se sentait heureuse, au-delà de l’entendement. Parfois, il lui semblait que tout cela n’aurait qu’un temps, comme si elle était entrée par effraction dans la vie de quelqu’un d’autre. Un jour ou l’autre, cette femme se présenterait à sa porte et lui demanderait ce qu’elle faisait là, dans sa maison, avec son époux et leur enfant. C’était absurde, elle ne le savait que trop bien, mais ne pouvait jamais se débarrasser totalement de cette étrange sensation de ne pas mériter ce dont la vie lui avait fait cadeau.

Les yeux fermés, Andromeda vint se blottir un peu plus contre Ted. L’oreille collée contre son torse, elle guettait le moindre battement de son cœur. En réponse à sa remarque, elle se contenta de hocher légèrement de la tête, un sourire plein de tendresse s’étirant lentement sur ses lèvres. Cela faisait déjà quelques temps qu’elle avait remarqué combien Dora était encore plus heureuse que d’habitude à l’idée de se rendre chez les Weasley. En règle générale, Charlie n’était jamais bien loin. Les mamans avaient un sixième sens pour détecter ce genre de choses. Bien entendu, Andy s’était bien gardée de partager son sentiment avec Ted – sans doute était-ce préférable. Pour l’heure, ce dernier avait bien d’autres choses en tête, à en juger par l’air contrarié qu’il arborait désormais. « Mon pauvre chéri… ! » s’exclama-t-elle dans un petit rire léger tout en ouvrant les yeux pour venir glisser une main sur sa joue. La plupart des femmes se seraient offusquées à l’idée d’être privées de cadeau pour leur anniversaire de mariage. Ce n’était pas son cas – et pour cause ! En bientôt quatorze ans de vie commune, Andromeda avait fini par s’habituer au caractère pour le moins tête-en-l’air de son mari. Sur ce point-là, les deux amants étaient diamétralement opposés. Quand l’une s’efforçait de tout contrôler en toute occasion, l’autre était de plus désordonné, si bien qu’Andy ne mettait aucunement en doute l’explication fournie par son mari. « Ne t’en fais pas, tu me le donneras plus tard, ce sera notre moyen de prolonger cette soirée… » souffla-t-elle à mi-voix tout en glissant un index sous son menton pour venir déposer un baiser furtif sur ses lèvres. Il fallait dire que ces petits moments à deux se faisaient de plus en plus rares. Andromeda ne pouvait que constater à quel point il était agréable de se retrouver en tête-à-tête avec Ted pour évoquer autre chose que des questions d’intendance telles que les courses, les tâches ménagères, ou encore la meilleure façon de terminer le mois avec le peu de gallions qu'ils avaient en poche.

« Bien sûr que je me souviens… ! » murmura-t-elle dans un sourire, en réponse à la question de Ted – qu’elle soupçonnait de n’être que rhétorique. Au détour de chaque couloir de ce château, les souvenirs lui sautaient à la gorge. Dire qu’elle était nostalgique de cette époque était un bel euphémisme. Dans le même temps, elle était satisfaite de la vie qu’ils menaient actuellement. Ils étaient plus vieux, certes, mais surtout plus matures. Leur relation avait grandi en même temps qu’eux. Et surtout, ils étaient libres de s’aimer au grand jour. Cela n’avait pas de prix. « Ça ne nous avait pas très bien réussi, si je me souviens bien. Les grimoires étaient plus efficaces. Si tu avais daigné t’intéresser aux runes, on aurait eu beaucoup moins de mal à s’envoyer des messages codés ! » s’exclama-t-elle enfin, d’un ton faussement lourd de reproches. L’instant d’après, elle lui tirait la langue avec espièglerie. « Tu nous sers un verre ? » demanda-t-elle, comme elle se penchait en avant pour s’emparer de la bouteille d’hydromel qu’elle lui tendit. Profitant de ce qu’il était occupé, elle se pencha vers le petit sac qu’elle avait abandonné au pied des coussins pour en tirer une enveloppe. « Moi j’ai quelque chose pour toi… » lui souffla-t-elle dans un clin d’œil. Elle avait eu un mal fou à les obtenir. Trois billets pour la finale du championnat britannique de Quidditch opposant les Canons de Chudley aux Tornades de Tutshill. « Je sais qu’un cadeau d’anniversaire de mariage, ça se partage à deux mais je ne me voyais pas lui faire ça… » commenta-t-elle dans un sourire en songeant à la réaction qui aurait été celle de Dora si elle les avait vus partir assister au match sans elle.


code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 12
Gallions : 34
Crédit(s) : Moi
Disponibilité RP : 2/3
Célébrité : Sam Claflin
Enrôlé(e) depuis le : 11/05/2017
Camp : Order of the Phoenix
Age du Personnage : 32 ans
Particularité : Metamorphomage
Baguette : Bois de cèdre, coeur de corail, 30cm
Patronus : Blaireau
Epouvantard : Des murs se refermant sur lui

ID Card
RP bilingue : Dialogue ou complet
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: You're my end and my beginning [Teddy]   Mar 6 Juin - 6:42

You hold me tight
   
----------------------------------------------------------------------------------------------


Ted considérait encore Dora comme son bébé. Il n’était pas du tout conscient qu’elle finirait bien par s’intéresser aux garçons. De toute façon, il avait déjà bien d’autres choses en tête sans avoir à s’inquiéter de voir des garçons lui tourner autour, mais il finirait bien par s’en rendre compte. Heureusement, Andy ne sembla pas lui en vouloir pour son oubli. la connaissant il aurait dû s’en douter, mais une femme c’est bien souvent  imprévisible. Elle le prit avec le sourire. De toute façon, c’était le genre de chose auxquelles il fallait s’attendre en épousant Edward Tonks. Ce n’était pas noir sur blanc dans le contrat de mariage…quoique peut-être dans ces tout petits caractères que personne ne lis jamais…mais ça faisait partie de leur réalité quotidienne. Il y avait déjà un bon moment qu’ils n’avaient pas pu rester ensemble aussi longtemps et il n’avait pas l’intention de la laisser partir ce soir-là. Ted sourit face à sa réponse. Après tout, comment oublier tous les stratagèmes qu’ils avaient dû employer pour réussir à communiquer et se donner rendez-vous? Heureusement cet aspect de leur relation faisait partie du passé. Ils pouvaient s’afficher ouvertement ensemble, avec tous les avantages et les inconvénients que leur situation apportait. « On en a déjà discuté. Je suis prêt à n’importe quoi pour toi ma chérie, mais les runes c’est ma limite! » dit-il en riant. Il se souvenait bien du moment où elle avait eu cette idée. Elle avait déposé cet énorme bouquin sur la table de la bibliothèque déserte. Il avait eu exactement la même réaction, il avait ri. Sauf que sur le coup cette fois-là, elle l’avait un peu moins bien accepté. Mais, c’était aujourd’hui un simple sujet de plaisanteries entre eux. À sa demande, Ted s’étira pour attraper deux verres puis la bouteille qu’elle lui tendait pour les remplir. Quand il se retourna pour lui en donner un, elle lui donne une enveloppe. Face à ce qu’elle dit, il haussa un sourcil. Il se doutait bien qu’elle parlait de Nymphadora, mais n’arrivait pas à s’imaginer ce qui pouvait être dans cette enveloppe d’après cet indice. Il l’ouvrit donc et la réaction fut immédiate. Lorsqu’il vit les trois billets, les cheveux de Ted devinrent encore plus blonds que pendant son enfance, presque jaune et le bleu de ses yeux ne devint que plus vif. Ça lui donnait une drôle de tête, mais ça prouvait que sa joie était sincère. Pendant un instant, il fut comme un gamin qui venait d’ouvrir exactement le cadeau qu’il avait toujours voulu à Noël. Andromeda avait visé tout à fait juste. « Comment tu as fait? Tu es la meilleure. » Depuis qu’il avait su que le quidditch existait, Ted en était un grand fan. Il avait même joué quelques années dans l’équipe de sa maison, mais même s,il avait arrêté il était encore aussi passionné par ce sport. Passion que sa femme ne comprenait sans doute pas toujours, mais que Nymphadora partageait aujourd’hui avec lui. Il comprenait mieux maintenant pourquoi elle avait dit qu’elle n’avait pas pu penser y aller sans leur fille. Mais ça ne gênait pas du tout Ted de devoir partager son cadeau. Au contraire, une sortie en famille leur ferait le plus grand bien à tous les trois. Et puis, c’était leur anniversaire de mariage, Dora en faisant bel et bien parti d’une certaine façon. D’abord parce qu’elle était leur fille et que leur mariage avait été une étape importante dans la fondation de leur foyer. Mais aussi car elle était avec eux ce jour-là, encore bien à l’abri dans le ventre de sa mère. D’ailleurs, plusieurs croyaient sans doute encore à ce jour que c’était simplement parce qu’Andromeda était enceinte qu’ils s’étaient mariés. Beaucoup avait du mal à comprendre ce qu’il y avait entre eux car il s’agit du genre d’amour que peu de gens ont la chance de rencontrer dans leur vie.

Il embrassa Andromeda en passant très près de renverser le contenu de son verre, ce qu’il réussit par miracle à éviter en grande partie grâce au réflexe d’Andromeda. Ne s’en souciant pas trop, il passa sa main libre contre la joue d’Andy dans un geste empreint d’une tendresse que peu de gens lui connaissaient. C’est presqu’avec regret qu’il se résigna à mettre fin à se baiser. Il approcha son verre de celui d’Andromeda. « À ces merveilleuses années que j’ai pu passer avec toi et à toutes celles qui viendront encore. » Ils ne pouvaient pas savoir ce que l’avenir leur réservait, mais Ted avait fait une promesse à Andromeda le jour de leur mariage. Il n’avait pas pu lui promettre une vie de rêve, qu’ils ne manqueraient jamais de rien, mais il lui avait promis de l’aimer inconditionnellement et ce pour toujours. Cette promesse, il n’était pas près de la briser. Il prit une gorgée d’hydromel avant de poser son verre, bien loin des billets, pour limiter les risques de catastrophe. Ted attira de nouveau Andy contre lui. Il avait ce besoin parfois de la capturer dans ses bras pendant de longues minutes. Elle lui avait déjà demandé pourquoi il faisait ça et il lui avait répondu avec un demi-sourire qu’il avait besoin de sa dose d’Andromeda pour ne pas perdre la tête. Il n’avait jamais vraiment développé plus à ce sujet sans doute considérait-elle cette réponse, comme bien d’autres de Ted, comme une plaisanterie. Pourtant, c’était un sentiment réel en lui qui lui avait fait prononcer ces mots. Plus le temps passait, plus il était avec elle, plus il était persuadé que s’il venait à la perdre il ne s’en relèverait pas. Derrière ses allures de grand gaillard, Ted savait bien qu’il n’était pas si fort que ça. Il aurait aimé pouvoir dire que même sans Andromeda il pourrait s’accrocher ne serait-ce que pour veiller sur Dora, mais il était certain que malgré toute sa volonté il n’y parviendrait pas. Heureusement, ce n’était pas arrivé et ce n’était pas près d’arriver. C’était ce qu’il se disait en sentant le souffle d’Andromeda au creux de son cou et qu’il passait ses doigts contre une mèche rebelle de ses cheveux pour la replacer dans son chignon en sachant qu’Andy serait agacée s’il n’était pas parfait. C’était ce genre de détail qu’on apprenait en treize ans de mariage.

« Tu sais, il y a une chose que tu as oublié. » finit-il par déclarer après un moment de silence. Continuant à boire un peu d’hydromel, il redéposa son verre et entremêla les doigts de sa main droite avec ceux d’Andromeda. « La musique. » C’était presque commun pour eux d’entendre de la musique. Leur maison était rarement silencieuse. Après tout, c’était aussi en la voyant danser que Ted était tombé amoureux d’Andy.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Parchemins : 60
Gallions : 92
Crédit(s) : Eriam
Disponibilité RP : 3/3
Célébrité : Katie McGrath
Enrôlé(e) depuis le : 22/04/2017
Camp : Order of the Phoenix
Age du Personnage : 32 ans
Particularité : Aucune
Baguette : 28,5 centimètres - Plutôt rigide - Bois d'aubépine avec en son cœur du ventricule de dragon
Patronus : Un chevreuil
Epouvantard : Sa sœur, Bellatrix
MessageSujet: Re: You're my end and my beginning [Teddy]   Mer 7 Juin - 20:47

ALL OF ME —




— TED & ANDIE
A le voir trépigner ainsi de joie, comme un petit enfant au matin de Noël, Andromeda ne put réprimer un sourire dégoulinant de tendresse. Si les cheveux du père viraient déjà au blond platine, elle n’osait pas imaginer ce que serait la réaction de la fille à l’annonce de la nouvelle. Car Dora ignorait tout de la surprise qui l’attendait – sans quoi elle n’aurait jamais pu tenir sa langue. Ces dernières semaines, Andromeda avait dû redoubler d’ingéniosité pour cacher le précieux sésame. S’il était un endroit où les deux soleils ne sa vie ne risquaient pas de trouver les billets par hasard, c’était probablement la buanderie. Tout ce qui touchait de près ou de loin aux tâches ménagères ne les passionnaient pas plus que de raison. Andy ne leur en tenait pas rigueur : sa réputation de maniaque la précédait depuis longtemps. Les premiers mois de leur cohabitation en tant que jeune couple avaient certes été quelque peu compliqués. Epuisée par une grossesse plus compliquée que prévue, Andromeda ne pouvait prétendre ne jamais s’être emportée contre le joyeux bordélique qui lui servait, à l’époque, de fiancé. En dépit de sa bonne humeur – et de sa bonne volonté – Ted était – et de loin – le garçon le plus désordonné et le plus maladroit qu’il lui avait été donné de rencontrer. Si elle s’était efforcée d’édicter quelques règles afin que leur petit appartement ne se change pas en un véritable capharnaüm, Andy avait très vite baissé les bras au cours de mois qui avaient suivi l’accouchement en constatant que leur fille tenait davantage de son père dans ce domaine. Les bons vivants étant devenus majoritaires, elle avait été contrainte de lâcher du leste et de se dérider un peu – ce qui lui avait fait le plus grand bien. Leur petite chaumière n’était pas parfaite – loin s’en faut. Petite et biscornue, elle avait le plus grand mal à contenir la quantité d’affaires qu’ils semaient à ses quatre coins quotidiennement, si bien qu’il lui semblait parfois qu’une bombe venait d’éclater dans leur salon. La plupart du temps, les murs vibraient au rythme de la musique et des cris de Dora. Qu’importe. Cette maison était leur petit coin de paradis, là où tout était mieux et sûr.

« Je garde mes petits secrets pour moi… » voulut-elle murmurer d’un ton mystérieux, juste avant qu’il ne se penche vers elle pour l’embrasser. Au même moment, elle posa une main ferme sur son poignet pour l’empêcher de répandre le contenu de son verra sur sa robe. Avec le temps, elle avait appris ce genre de petits gestes qui sauvent. Ce n’est qu’à regret qu’elle consentit à se détacher de lui pour sonder son regard clair. Les mots qu’il prononça alors réveillèrent en elle une sensation étrange, juste au creux de son estomac. Elle n’aurait pas mieux dit, si bien qu’elle ne savait pas quoi répondre en retour. « Je t’aime… » se contenta-t-elle de murmurer, du bout des lèvres, au moment où leurs deux verres s’entrechoquaient. Quelques années en arrière, elle aurait eu le plus grand mal à prononcer ces trois petits mots. Aujourd’hui, ils glissaient naturellement sur sa langue, si bien qu’il lui arrivait de les lui susurrer à l’oreille, en pleine nuit, dans un demi-sommeil, sans même s’en rendre compte. L’air songeur, Andromeda trempa ses lèvres dans son verre d’hydromel. Perdue dans ses pensées, elle ne put réprimer une petite exclamation de surprise lorsque Ted l’attira un peu plus contre lui. « Mon junky à moi… » murmura-t-elle à son oreille, alors même qu’il la serrait de toutes ses forces dans ses bras. C’était devenu une petite blague entre eux, relative à une remarque qu’il lui avait faite un jour. Lorsqu’elle lui avait demandé pour quelle raison il éprouvait le besoin de la serrer fort contre lui sans dire un mot, il lui avait répondu qu’il avait besoin de sa dose d’Andromeda. Elle avait ri, sur le moment, croyant à l’une de ces plaisanteries dont lui seul avait le secret.

Alors que Ted glissait une main dans son cou pour attraper au vol quelques mèches de cheveux rebelles, Andy ne put réprimer un léger frisson ponctué d’un sourire amusé. Treize ans. Une éternité. A cet instant, elle réalisa qu’ils entamaient peut-être ensemble une nouvelle étape de leur mariage – sans doute la meilleure. Ils semblaient avoir atteint ce stade où chacun d’entre eux connaissait tout de l’autre, au point d’être capable de terminer la moindre de ses phrases, d’anticiper le moindre de ses gestes, de satisfaire le moindre de ses désirs. Peut-être que c’était ça, la définition de l’osmose parfaite. « Je n’ai pas dit mon dernier mot, très cher ! » protesta-t-elle dans un sourire, en réponse à la remarque de Ted. A ces mots, elle s’étira pour s’emparer de sa baguette magique, abandonnée à même le sol un peu plus loin, avant de la pointer sur une petite table surmontée d’un drap. Il y eut comme un souffle de vent avant que le tissu ne s’envole pour révéler un vieux magnétophone. Encore un petit coup de baguette et le son de la chanson des Bizzar’ Sisters sur laquelle ils avaient dansé ensemble pour la toute première fois résonna dans la pièce. Satisfaite, Andromeda reposa sa baguette et s’autorisa une nouvelle gorgée d’hydromel. Ce faisant, elle posa sur Ted un regard au fond duquel brillait une lueur de défi. « Je suis prête à parier 5 gallions que tu n’es pas capable de finir ton verre d’un trait et de m’improviser une petite chorégraphie sur cette chanson ! » Ironie du sort, c’était justement sur cette chanson comme sur toutes celles du groupe que Nymphadora se trémoussait dans sa chambre à longueur de journée, à leur grand désespoir. Sachant pertinemment qu’il comprendrait l’allusion, Andy se détacha de lui pour se lever et vider le rester de son verre d’hydromel d’un coup d’un seul. « [color=#990066]Ne fais pas genre, Tonks ! Cul sec ! [/color)» s’exclama-t-elle en riant.

code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 12
Gallions : 34
Crédit(s) : Moi
Disponibilité RP : 2/3
Célébrité : Sam Claflin
Enrôlé(e) depuis le : 11/05/2017
Camp : Order of the Phoenix
Age du Personnage : 32 ans
Particularité : Metamorphomage
Baguette : Bois de cèdre, coeur de corail, 30cm
Patronus : Blaireau
Epouvantard : Des murs se refermant sur lui

ID Card
RP bilingue : Dialogue ou complet
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: You're my end and my beginning [Teddy]   Sam 10 Juin - 4:19

Tell me I’m the only one
   
----------------------------------------------------------------------------------------------


Il finir par la lâcher, ou du moins par desserrer son étreinte. Son junky, c’était exactement ce qu’il était. Ce n’était pas la plus saine des relations, mais c’était leur quotidien. On les avait critiqués, condamnés, menacés, portés en exemple et parfois même admirés, tous avait leur opinion, mais ils n’avaient pas besoin d’eux. Ils pouvaient toujours compter l’un sur l’autre. En la voyant étendre son bras pour atteindre sa baguette et révéler un magnétophone qui se mit précisément à jouer cette chanson, il ne pu réprimer un rire presqu’enfantin. « Je retire tout ce que j’ai pu dire. Tu es parfaite! » Au son de cette musique, il la vit encore attraper son chandail pour l’entraîner sur la piste. Le défi qu’elle lui lança ne fit que raviver davantage cette soirée à ses yeux. « Si vous voulez bien patienter un peu votre Altesse. » Il se leva et se débarrassa de sa veste dans un geste beaucoup trop dramatique pour être sérieux. Puis, il reprit son verre en main et se permis même de le remplir de nouveau en faisant signe à Andromeda de patienter un instant. Ils étaient revenus comme les adolescents qu’ils étaient, à plaisanter simplement. Ted vida son verre d’un seul coup. Il n’avait pas particulièrement l’habitude de boire, surtout depuis que Dora était née, mais il n’avait jamais vraiment eu de mal à tenir l’alcool. Avec une petite révérence, il posa son verre et s’approcha d’Andromeda. Après tout elle avait eu le droit à un accessoire, lui, quand il lui avait lancé un défi similaire! C’est vrai qu’un adolescent un peu gauche n’était pas le meilleur partenaire de danse à première vue, mais Ted avait longtemps eu un petit secret. En effet, malgré sa maladresse légendaire, il savait danser. Il faut savoir qu’alors qu’il était encore très jeune, sa mère avait décidé que son fils unique serait un véritable gentleman et donc il devait savoir danser. Ensuite, le père de Ted s’en était mêlé en ajoutant que comme il savait si bien se servir de ses pieds il pouvait apprendre à se servir de ses poings. Mais ça c’est une autre histoire! Disons simplement que même en étant confiné à l’appartement de ses parents, Ted avait eu amplement de quoi se tenir occupé. Au moins ça lui avait permis de voir la tête d’Andromeda quand ils avaient été ensemble au bal et qu’il avait eu l’occasion de la surprendre en dansant sans lui écraser les pieds et en ayant l’air de savoir ce qu’il faisait.

Même s’il était d’un naturel timide, quoique si vous leur aviez dit ça beaucoup de gens vous auraient ri au visage, Ted l’était nettement moins avec Andromeda. Il faut dire qu’après treize ans de mariage, il n’y avait plus grand-chose de gênant  entre eux. Ted se mit à danser sous le regard amusé d’Andromeda avant de l’attraper par la taille pour l’entrainer avec lui. « Hey je te rappel que tu t’étais servi de moi pour ton défi. » lui dit-il avant qu’elle ne puisse protester. Ted compris à ce moment qu’il était tombé amoureux d’elle bien avant ce soir-là. Cette façon qu’ils avaient de se chercher des noises, de se provoquer et de se défier. Pourquoi au fond était-il aller s’asseoir près d’elle dans cette classe de métamorphose où ils étaient seuls tous les deux? Il aurait pu simplement l’ignorer et aller prendre sa place habituelle. C’était comme si quelque chose les avait attiré l’un vers l’autre. Peu importe ce qu’ils faisaient, cette force intangible les ramenait toujours un à l’autre. Les moldus ont cette expression qui dit que, quand deux personnes s’entendent très bien ou sont attirées l’une envers l’autre, « le courant passe bien entre eux ». Alors qu’il dansait avec Andromeda, Ted pu littéralement sentir ce courant. Il y avait quelque chose d’électrisant dans l’air. À cet instant précis, leur cœur battant au rythme de la musique, Ted eu réellement le sentiment qu’ils étaient seuls au monde. Perchés au sommet de cette tour entre ciel et terre, il n’y avait rien d’autre que cette musique et le sourire d’Andromeda. La musique commença à ralentir un peu quand la chanson se termina et qu’une autre commença. Ted pu cesser de faire le pitre, un peu au moins, apprécier le moment, et se souvenir qu’il n’avait décidemment plus quinze ans. « Alors madame Tonks, j’attends mes 5 gallions. »dit-il en riant un peu. Dommage, elle n’avait pas de poche sur cette jolie robe, il devrait attendre plus tard pour avoir sa récompense. « Non non un défi c’est un défi, tu ne peux pas te défiler comme ça! Je vais le noter tu ne t’en tireras pas comme ça!» Évidemment, il plaisantait alors qu’il cherchait un bout de parchemin dans ses poches. C’était plus pour l’agacer un peu qu’il faisait ça. Mais, en mettant la main dans la poche droite de son pantalon il sentit quelque chose. Comment est-ce que c’était arrivé là? Avec la tête qu’il faisait Andy devait vraiment se demander ce qu’il venait de trouver. « Il faut croire que Dora est plus futée que son vieux père. » Il sortit quelque chose de sa poche. C’était un petit imprévu…mais le moment était parfait. Dora avait dû la glisser dans sa poche avant de s’en aller, sachant bien que Ted allait l’oublier.

D’un coup de baguette il fit baisser le volume de la musique et pris la main d’Andromeda dans sa main libre. « Tu sais que les mots ce n’est pas mon fort alors hum…sois un peu indulgente d’accord. » Il se racla la gorge, mais est-ce qu’il était nerveux ce cher Ted soudainement? « J’ai encore du mal parfois à réaliser que tu es bel et bien là. Que malgré tout ce qui se plaçait entre nous tu as choisi d’être avec moi…Je sais que quand on s’est marié tout a été un peu précipité, mais avec les années on a appris à se connaître. On était juste des enfants qui ont été catapultés dans le monde des adultes, mais on était ensemble. On a tout traversé ensemble, du meilleur au pire…On a eu nos doutes parfois. Est-ce que c’était le bon choix? Est-ce qu’on aurait dû faire ce que tout le monde attendait de nous? Mais se poser des questions ça montre que… » Il s’arrêta un moment, comme s’il cherchait les lignes de son texte puis soupire. « Et merde Andy, je t’aime et tu le sais. J’aurais voulu te faire un beau discours, mais je ne vois pas comment le dire autrement. Tout ce que je peux ajouter c’est qu’il y a treize ans j’ai fait une gaffe et je ne l’ai pas oublié. Je sais que tu ne m’en as jamais voulu pour ça…mais c’est ici que je te l’ai demandé pour la première fois et il manquait quelque chose. » Il ouvrit son autre main. Elle contenait une bague de fiançailles. Ce n’était pas extravagant. C’était une bague dorée, sertie de trois pierres : une noire, une jaune et une rose. La première représentait évidemment Andromeda et le nom qu’elle avait porté avant leur mariage, la famille à laquelle elle appartiendrait toujours. Les deux autres étaient toutes aussi évidentes, mais avec une particularité qu’elle ne pouvait remarquer pour le moment. Les couleurs de ces deux autres pierres pouvaient changer et refléter les sentiments des deux personnes qui complétaient ce trio : Nymphadora et Ted. Ce n’était pas un enchantement parfait, mais c’était une tentative. « Tu me connais, je suis toujours un peu en retard sur tout…en retard de treize ans et quelques semaines, ça aurait pu être pire. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You're my end and my beginning [Teddy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're my end and my beginning [Teddy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation de Teddy Lupin
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» Présentation de Teddy-Weasley [Validée]
» TEDDY X GRIFFON COTON 2 ANS REFUGE VERMELLES 62
» Ne s'aimer que la nuit (Teddy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morning Sun :: The British Isles :: Scotland :: Hogwarts-
Sauter vers:  
TOP SITES

NOS PARTENAIRES