Partagez | 
 

 And she moved in a blood red fury (Bella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Parchemins : 52
Gallions : 85
Crédit(s) : vinyles idylles (avatar), streitenfeld (gif)
Célébrité : Annabelle Wallis.
Enrôlé(e) depuis le : 28/05/2017
Camp : la neutralité lui sied trop bien au teint pour qu'elle se décide à pencher d'un côté ou d'un autre. Pourquoi se mêlerait-elle d'une guerre qu'elle n'estime de toute façon pas être sienne ?
Age du Personnage : la trentaine doucement entamée.
Particularité : uc
MessageSujet: And she moved in a blood red fury (Bella)   Dim 4 Juin - 0:16



❝ they know nothing bad ever happens here ❞
Bellatrix & Narcissa
Il flottait dans l’air étouffant de cette fin d’après-midi une ambiance étrangement dérangeante, presque malsaine, à laquelle Narcissa n’avait dans un premier temps pas prêté attention. Elle avait passé la matinée à fouiller dans le manoir, puis enfermée dans le bureau de Lucius – auquel elle ne dirait rien, ne sachant que trop bien que ce dernier ne supportait guère qu’on vienne mettre le nez dans ce qui s’apparentait le plus à un sanctuaire sacré à ses yeux et où il passait des heures à classer avec une minutie parfois désarmante les nombreux dossiers du ministère. En tant que figure mondaine emblématique de la société sorcière, Narcissa avait pour habitude de se porter garante de divers évènements élitistes auxquels elle prenait plaisir à parader, et si depuis quelques temps la situation ne se prêtait plus à ce genre de réjouissances – aussi fausses que les sourires qu’elle arborait en y croisant les personnes qu’elle détestait pourtant, se faisant reine de comédie l’espace d’une soirée aux côtés de Lucius, elle avait pourtant accepté d’organiser cette soirée en l’honneur de Madame Rookwood. Elle était douée, avec un goût du détail aussi pointu et marqué que celui de son époux à classer ces fichus dossiers ministériels, sans compter que temps ne lui manquait pas.

Elle laissa échapper un soupire exaspéré et abattit son poing sur le bureau en noyer massif, puis ferma les yeux. Si seulement l’habilité de Lucius à classer les documents pour son travail était aussi aiguisée que celle à ranger convenablement les noms et adresses de leurs contacts les plus proches – c’était dire les membres de l’élite sorcière, même ceux qu’ils n’auraient fort heureusement qu’à supporter quelques heures, elle serait sortie de cette pièce une trentaine de minutes auparavant, déjà. Mais voilà, Lucius prêtait autant d’attention à ces notes que Narcissa en prêtait à ces futilités que Dobby débitait nerveusement, debout face à elle, aussi perdu qu’un moldu à qui on aurait confié une baguette magique. " Peut-être qu’on devrait attendre maître Lucius pour lui demander de…Et peut-être que je vais t'enfermer à la cave durant les prochains jours pour ne plus avoir à entendre le son de ta voix aussi souvent, qu'en dis-tu ? " L’elfe de maison déglutit, Narcissa fronça les sourcils. " Ne t’avais-je pas dit de garder un œil sur Draco ? " L’incompétence de ces créatures n’avait de cesse de l’étonner. Tandis qu’elle lançait un regard assassin à son domestique, qui ne tarda pas à prendre ses jambes à son cou, ses doigts glissèrent du bureau aux étagères de marbres accrochées aux murs, pour enfin se poser sur un vieux morceau de parchemin usé et plié. Victoire.

Les Greengrass, inévitablement. Les Parkinson, même s’ils étaient plus dérangeants que charmants, à son humble avis. Les Yaxley, puisqu’ils semblaient si bien s’entendre avec les Rookwood, nécessairement. Les Potter, mais pas n’importe lesquels – particuliers, ils avaient définitivement tourné le dos aux hautes sphères en acceptant le mariage de leur unique enfant avec cette vulgaire Sang-de-Bourbe. Mais la branche à laquelle sa cousine appartenait désormais, pourquoi pas ? Il n’était pas question que ces derniers soient victimes de répercutions dues aux agissements douteux de moutons noirs. Entre deux invitations, elle entendit Dobby marmonner quelques paroles incompréhensibles derrière la porte, puis frapper timidement à cette dernière. Elle n’avait jamais vu de sa vie – et pourtant elle avait eu l’occasion d’en voir une ribambelle, d’elfes aussi ignorants et dénués de tout bon sens que celui de sa famille. Le tumulte d’une seconde voix lui parvint soudainement, entre deux couinements craintifs et finalement, la porte s'ouvrit à la volée. La jeune femme resta immobile quelques instants, détaillant la silhouette qui se dessinait dans l'encadrement de la porte, pour finalement reconnaître sa sœur aînée, le regard fiévreux, l'allure décharnée. " Bella ? " Il y eut un silence de quelques secondes durant lesquelles elle fût incapable d'effectuer le moindre mouvement, comme pétrifiée, avant de se ressaisir et se redresser d'un bond. " Par Salazar, qu'est-ce que... " C'est qu'elle oscillait doucement, Narcissa, entre s'inquiéter de ce qu'elle avait bien pu faire ou s'inquiéter de son état, s'inquiéter de savoir si tout ce carmin dont elle était couverte était le sien, ou celui d'autrui – auquel cas elle ne voulait rien savoir de ses exactions douteuses et ses petits passe-temps morbides. Elle décida finalement de s'avancer à grandes enjambées vers son aînée, et vint déposer une main délicate sur sa joue, pour l’apaiser, et surtout l'examiner plus attentivement. " Tu es blessée ? Qu'est-il arrivé ? " Elle pouvait déjà imaginer le genre de réponse qu'elle allait recevoir à ses jérémiades d'enfant inquiet : une mission pour le Lord avait mal tournée. Elle était tombée dans une embuscade. Elle ne voyait d'autres alternatives. Elle avait déjà soigné Lucius, rescapé de ce genre de missions périlleuses qu'elle exécrait au plus haut point, mais rien ne lui garantissait que Bella se laisserait approcher aussi facilement ; c'est qu'elle était plutôt indomptable, dans le genre.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 186
Gallions : 218
Crédit(s) : Eden Memories
Disponibilité RP : Mélusine de Valmont ; Narcissa Malfoy ; Decima Carrow ; Ravenna Potter ; Eleanor Glenmore (0/5)
Célébrité : Eva Green
Enrôlé(e) depuis le : 16/02/2016
Camp : A snake biting its own tail, she wants to save the magical world from itself, no matter the means to do so or the consequences.
Age du Personnage : 34 yo
Particularité : Legilimens and Occlumens, she's mentally ill, result of an explosion of unrestrained magic when she was younger. She is the patient zero, first of the Mutes, the only one who remembers.
Baguette : Walnut, 12 3/4'' long, dragon heartstring core, unyielding. Her wand is an unwanted ally, it doesn't obey her, doesn't want to, but she is utterly lost without it.
Patronus : Her magic is too unstable to produce any kind of patronus, and even if she could, her mind is too broken to find the will or the power.
Epouvantard : A small, white room. A bed. Restrains. Needles and the hum of electricity. People watching her. Every night she's there again, in her dreams, until she wakes up screaming. She doesn't sleep anymore.
Champ Libre : Life's Story
Family, Friends & Others


ID Card
RP bilingue : Dialogues only or full text, no matter.
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Dim 4 Juin - 13:54


 
And she moved in a blood red fury
(baudelaire) ▽ Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Elle haletait. Les lourdes mèches noires obscurcissaient son visage, et c’était aussi bien. Le soleil se couchait, et elle restait prostrée sur ce corps, regardant le visage massacré sans le voir. Ses phalanges lui faisaient mal, horriblement, et elle savait qu’elle s’était blessée à force de frapper ; pourtant elle ne parvenait pas à bouger. Elle n’arrivait pas à se détacher de lui, de son sauveur, qu’elle venait pourtant de massacrer dans une explosion de rage et de désespoir. Elle était couverte de son sang, elle tremblait, et elle touchait cette peau maculée, comme si elle ne parvenait pas à comprendre ce qu’il venait de se passer. Il ne respirait plus. Elle pouvait le sentir, elle pouvait le voir, ce cœur ne battait plus, et son sang se répandait lentement sur le béton. Il fallait qu’elle bouge, qu’elle se secoue, qu’elle sorte de sa transe et qu’elle fasse ce qu’elle devait faire. Eventuellement, elle avait prévu de faire quelque chose, mais rien d’aussi drastique ; elle savait que les Death Eaters ne pouvaient continuer dans cette direction. Elle avait prévu que le Dark Lord l’écoute. Ah ! La chimère. Elle s’en voulait, d’avoir été aussi naïve. Peut-être n’y avait-il eu d’autre issue que la mort du Maître. Il avait été trop arrogant, trop aveuglé pour comprendre ce qui était important.

Elle devait faire vite. Ils devaient être rejoints par d’autres membres de leur troupe, et elle ne pouvait plus être là ; le Lord non plus. Il fallait qu’elle gagne du temps, avant qu’ils ne comprennent ce qu’il s’était passé. Tremblant, elle posa une main sur le torse de l’homme, et enfin, détourna son regard de ce qui restait de son visage. Un instant, elle regarda la forme de son mari, écroulé dans la rue, et l’instant d’après, elle transplana loin de Londres. Si le Lord n’avait pas été mort, elle n’aurait jamais osé transplaner avec lui. Elle pouvait le voir, sa magie lui avait arraché une partie de sa jambe, probablement perdue et déchiquetée entre Londres et cette forêt du Nord du Pays de Galles. Elle se laissa tomber à côté de son corps, et regarda le ciel, déjà noir, le temps de reprendre son souffle. Il fallait qu’elle l’enterre, que personne à part elle ne puisse retrouver son corps, que personne n’essaie de ramener cet homme à la vie. Elle doutait de la capacité d’un sorcier à ramener entièrement une âme à la vie, mais elle ne pouvait pas prendre ce risque. Voldemort devait rester en terre, à tout jamais, jusqu’à ce qu’elle meure et emporte le secret de sa sépulture avec elle.

Lorsqu’elle en eut fini avec la tombe, elle était autant recouverte de sang que de terre. Elle était épuisée, émotionnellement à bout ; mais elle savait que sa nuit venait seulement de commencer. Bien vite, ils sauraient la vérité, et elle devait mettre sa famille à l’abri avant que les Death Eaters ne soient alertés. C’est penser à sa sœur qui lui permit de réunir assez de force pour transplaner vers le Malfoy Manor. Après un dernier regard vers la sépulture recouverte, la terre brûlée pour camoufler son passage, elle tourna sur elle-même, et réapparut devant les grilles du Manoir de sa sœur. Elle s’effondra un instant contre les grilles, s’accrochant maladroitement au métal pour ne pas tomber au sol. Elle se força à concentrer sa magie, et se remit sur ses pieds, pour se diriger d’un pas pressant, boitant presque, vers les portes de la bâtisse. Elle n’attendit pas de se faire introduire par un elfe, et ouvrit les portes à la volée, ignorant le squeal de Dobby, et la panique soudaine d’un autre elfe qu’elle ne connaissait pas. Elle savait où aller, savait où serait sa sœur, et elle n’avait pas le temps d’attendre de se faire introduire auprès d’elle. Une nouvelle porte s’ouvrit violemment, et la force la fit battre contre le mur, alors que Bellatrix posait le regard sur sa sœur. En sécurité. Pour l’instant.

Elle n’arrivait pas à prononcer un mot. Sa sœur, l’enfant prodige, s’était levée, et lui parlait sans qu’elle ne puisse l’entendre. C’était comme si la réalité de tout ce qu’il venait de se passer était en train de la rattraper, et elle aurait voulu s’écrouler, et crier. Elle tituba. La main contre sa joue sembla la ramener à la réalité, et elle cligna plusieurs fois des yeux, forçant son regard à se concentrer sur la forme de sa sœur. Elle déglutit, baissant les yeux un instant et s’écartant, regardant cette main, celle de sa sœur, maintenant couverte de boue et de sang. Elle eut un sursaut. « I … No, well. No. » Elle se secoua un peu, tremblante, et maintenant incapable de tenir en place, elle se sépara de sa sœur, et commença à faire les cent pas, la baguette entre les doigts, tournant nerveusement. « You’re going to be upset, but let me finish. » Elle regarda le sol un long moment, avant de finalement s’oser à regarder Narcissa. Elle se doutait que son silence, son agitation, n’allait pas rassurer la cadette des Black ; mais elle avait l’habitude de voir l’esprit de sa grande sœur aussi dispersé. Elle prit une grande bouffée d’air, et lâcha sa bombe. « I killed the Dark Lord. It’s his blood. » A nouveau, les mots lui manquaient. Cherchant un siège, elle jeta son dévolu sur un fauteuil, et s’y effondra, sans s’occuper du fait qu’elle le tacherait sûrement avec son état décharné. De toute façon, Narcissa ne pourrait pas rester, cela n’importait plus. Elle soupira. « You need to pack your bags, take Draco, even Lucius if he’ll follow. We need to leave. » Elle releva les yeux vers sa sœur, mais elle était fatiguée, soudainement. Elle avait la gorge sèche, et ses mains tremblaient. « We need to leave. » Et pourtant, elle ne faisait pas un mouvement de plus. Elle s’agrippa d’une main au fauteuil, alors qu’elle portait l’autre à son visage, cachant son expression alors qu’elle hoquetait, incapable de retenir ses larmes plus longtemps. Un instant plus tard, elle prenait sa tête entre ses mains, sa silhouette secouée de sanglots. « Merlin, what have I done … »

▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 52
Gallions : 85
Crédit(s) : vinyles idylles (avatar), streitenfeld (gif)
Célébrité : Annabelle Wallis.
Enrôlé(e) depuis le : 28/05/2017
Camp : la neutralité lui sied trop bien au teint pour qu'elle se décide à pencher d'un côté ou d'un autre. Pourquoi se mêlerait-elle d'une guerre qu'elle n'estime de toute façon pas être sienne ?
Age du Personnage : la trentaine doucement entamée.
Particularité : uc
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Mar 6 Juin - 0:16



❝ they know nothing bad ever happens here ❞
Bellatrix & Narcissa
Narcissa fit la navette du regard entre son aînée, et Dobby qui était resté planté devant la porte, tirant nerveusement sur ses doigts, se chiffonnant les mains en silence, l’air aussi stupide qu’inquiet peint sur le visage. D’un geste du menton, elle lui fit signe de leur laisser un peu d’intimité et avant qu’elle n’ait eu le temps de dire quidditch, la porte se refermait en un claquement sourd. Bellatrix s’éloigna de quelques pas, le regard dans un premier temps figés sur le parquet du bureau, puis sur sa main – la sienne, couverte d’un répugnant mélange de sang et de boue qui lui fit froncer les sourcils, alarmant à nouveau son esprit, piquant sa curiosité parfois maladive à vif. Qu’avait-elle fait ? Dans quel fichu pétrin s’était-elle embourbée ? Elle qui, quelques minutes auparavant s’était intimement convaincue qu’elle ne voulait rien savoir des aventures funestes de Bella, sentit la vapeur s’inverser lorsqu’elle piqua involontaire son intérêt.

A nouveau, Narcissa voulut questionner la brune, mais le temps de chercher les mots appropriés à poser sur ses inquiétudes, une étrange boule s’était formée au fond de sa gorge et elle fut incapable de se prononcer. " Est-ce que tu es sûre ? " Elle marqua une pause. Ses grands yeux curieux se posèrent sur la baguette que Bellatrix ne cessait de faire tourner entre ses doigts, inlassablement et insupportablement. Elle releva le regard au bout de quelques secondes, peu certaine d’avoir envie de prononcer les mots qui sortirent pourtant machinalement de sa bouche. " Ca fait beaucoup de sang. " Elle avait un peu peur, peut-être. Qu’elle se soit blessée. Que dans le feu de l’action – peu importait en quoi consistait cette fichue action, d’ailleurs, elle ne se soit rendue compte de s’être fait mal. Elle voulut s’approcher une nouvelle fois, mais l’aînée des deux s’éloigna de quelques pas, laissant Narcissa plantée au milieu de la pièce, l’esprit en ébullition. " Très bien, je t’écoute. "

Il y eut un long silence, lorsque la nouvelle tomba. Narcissa secoua légèrement la tête et ouvrit de grands yeux, comme pour lui dire : " tu te moques de moi, pas vrai ? " Pourtant, rien ne franchit ses lèvres et doucement, elle se mit à reculer de quelques pas. C’était quoi, ces sornettes ? Un stupide test de loyauté que le Lord souhaitait faire passer à ses fidèles – même ceux ne portant pas sa fichue marque ? Elle commençait à en avoir par-dessus la tête, de toutes ces histoires : quand ce n’était pas Lucius, c’était Bella. Pourtant, lorsqu’elle posa à nouveau les yeux sur la silhouette de sa sœur, la réalité la rattrapa de plein fouet – il n’était pas là question d’une blague absurde. Narcissa leva l’index et ouvrit la bouche, lorsque la brune se laissa tomber dans l’un des fauteuils de la pièce, maintenant maculé d’un mélange douteux, mais se ravisa au dernier instant. Lucius la tuerait, sans mauvais jeu de mots, mais ce n’était pas grave. Rien ne lui paraissant grave, en comparaison de cette histoire à laquelle elle devait à présent faire face. " Tu ne peux pas l’avoir tué, c’est… " Elle s’approcha, se positionna face à elle. " C’est insensé Bella. " Elle déraillait complètement. Les preuves, pourtant évidentes, importaient peu – elle préférait réfuter cette idée, bien trop effrayante que de l’affronter. " Calme-toi, d’accord ? " Elle, elle n’allait nulle part. " Explique-moi, s’il te plaît et… Essaye de te calmer. " Parce qu’il fallait bien avouer que Bellatrix tuant Voldemort était la combinaison la plus déroutante qu’on puisse lui présenter. Ca frôlait pour ainsi dire le ridicule. " Je… Lucius n’est pas encore rentré, mais il ne va pas tarder. " Comme si cela importait. Comme si cela pouvait arranger la situation actuelle. D’une voix calme et assurée, puisqu’il fallait bien qu’une d’entre elles le soit, elle murmura : " écoute, reste ici quelques instants, reprends tes esprits, je serais de retour dans quelques minutes, d’accord ? " Et elle s’absenta. Elle chercha Dobby dans le manoir, passa jeter un coup d’œil à Draco, endormi à cette heure-ci, et revint quelques instants plus tard avec une serviette humide. Elle vint prendre place à côté de la jeune femme, puis se mit à frotter le plus délicatement du monde – avec une douceur dont elle seule avait le secret, un peu maternelle, les sillons de boue et de sang creusés sur le visage de sa sœur.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 186
Gallions : 218
Crédit(s) : Eden Memories
Disponibilité RP : Mélusine de Valmont ; Narcissa Malfoy ; Decima Carrow ; Ravenna Potter ; Eleanor Glenmore (0/5)
Célébrité : Eva Green
Enrôlé(e) depuis le : 16/02/2016
Camp : A snake biting its own tail, she wants to save the magical world from itself, no matter the means to do so or the consequences.
Age du Personnage : 34 yo
Particularité : Legilimens and Occlumens, she's mentally ill, result of an explosion of unrestrained magic when she was younger. She is the patient zero, first of the Mutes, the only one who remembers.
Baguette : Walnut, 12 3/4'' long, dragon heartstring core, unyielding. Her wand is an unwanted ally, it doesn't obey her, doesn't want to, but she is utterly lost without it.
Patronus : Her magic is too unstable to produce any kind of patronus, and even if she could, her mind is too broken to find the will or the power.
Epouvantard : A small, white room. A bed. Restrains. Needles and the hum of electricity. People watching her. Every night she's there again, in her dreams, until she wakes up screaming. She doesn't sleep anymore.
Champ Libre : Life's Story
Family, Friends & Others


ID Card
RP bilingue : Dialogues only or full text, no matter.
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Mar 6 Juin - 18:58


 
And she moved in a blood red fury
(baudelaire) ▽ Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Elle aurait aimé mentir, elle aurait aimé jouer une mauvaise blague sur Narcissa, ou plutôt sur Lucius ; elle aurait aimé être aussi cruelle. Ce n’était pas le cas. Le sang sur ses mains en était la certitude : tout ce qu’il s’était passé n’avait pas seulement été une délusion de son esprit malade. Elle avait assassiné quelqu’un, sous le coup de la colère ; et pas n’importe quel quelqu’un. Le Dark Lord était tombé, et sous les coups de sa plus fidèle. Ah ! La traîtresse ironie ! Elle aurait cru à une mauvaise blague, elle aussi, un humour douteux et cruel. Pourtant c’était la vérité qui s’offrait à elles, et Bellatrix ne savait pas quoi faire pour la rendre moins crue. Encore une fois, elle avait failli ; elle n’était pas capable de protéger sa sœur. Sa simple présence, ses actions, la mettaient en danger, et elle s’en voulait terriblement. Mais elle ne pouvait souffrir l’idée d’abandonner Narcissa seule face au monde (ou se retrouver toute seule) ; ou pire, de la laisser à Andromeda. Si Belaltrix elle-même ne parvenait pas à protéger sa sœur, elle doutait que l’autre, la bannie, y parvienne. L’Order n’était qu’un ramassis d’incapables, infoutus de faire ce qui était nécessaire pour la survie de leur espèce.

Elle était en face d’elle, et Bellatrix sortit de sa torpeur assez longtemps pour la fixer, le regard perdu d’un enfant abandonné. Elle ne la croyait pas, bien sûr, et l’idée de devoir insister, de devoir se justifier, fit sourire l’aînée des Black amèrement. Elle ne lui répondit pas, laissant la blonde s’enfermer dans son idée de sécurité, la laissant se persuader, pendant au moins une minute de plus, que leurs vies ne venaient tout juste pas d’être bouleversées. Se calmer, insistait-elle. L’idée était ridicule. Comment pouvait-elle se calmer quand son monde venait de s’écrouler, quand elle avait, sans même comprendre pourquoi, effacé de sa vie l’homme qui l’avait pourtant sauvée. Voldemort avait ses défauts, bien évidemment, mais Bellatrix avait pris l’habitude de les ignorer. Comment pouvait-elle oser être ingrate quand le Dark Lord lui avait tout donné ? Le pouvoir qu’il lui avait permis d’obtenir avait eu un prix, bien sûr, mais rien d’important face à l’impression d’être une sorcière à nouveau. Et elle avait osé lui arracher la vie, et pour quoi ? Un désaccord ? Une insulte ? Ce rire moqueur ? Elle grinça des dents, le souvenir si flou et pourtant si frais. Reviendrait-elle en arrière si elle le pouvait ? Evidemment.

Distraitement, elle observa la silhouette de Narcissa disparaître de la pièce, et elle se mordit la lèvre. Reviendrait-elle accompagnée de Lucius ? Non, elle avait dit qu’il n’était pas encore là. C’était pour le meilleur. Lorsqu’il rentrerait, la nouvelle se sera peut-être déjà propagée. Les Death Eaters invités à leur réunion n’y trouveraient que du sang, et possiblement le corps de son mari ; le Dark Lord ne serait pas là, et elle non plus. Il fallait faire vite, martelait son esprit, et à nouveau elle était agitée, sans pour autant avoir la force de se lever. Dans sa tête, elle listait les affaires dont elle ne pouvait se séparer. Il n’y avait pas grand-chose, quelques objets sans valeur autre que sentimentale, quelques livres, et des vêtements. C’était Narcissa, sûrement, qui essaierait d’emporter la maison avec elle ; trop habituée au luxe et l’excès. Mais le Manoir de Glasgow était assez bien meublé, Bellatrix y avait fait attention, en prévision de devoir s’y reclure avec Narcissa et Draco. Ses mains tremblaient, et elle s’en rendit compte lorsqu’elle essaya d’attraper sa boite à cigarette, cachée dans l’une des poches de sa robe. Nerveusement, sans s’embarrasser d’un porte-cigarette, elle glissa l’objet entre ses lèvres, et l’alluma d’un geste de la main, le feu toujours plus facile à maîtriser.

Elle n’eut le temps que d’une bouffée salvatrice lorsque sa sœur revint dans la pièce. Incapable de dire pendant combien de temps elle était partie, Bellatrix se força à se concentrer sur la forme de Narcissa, retenant un mouvement de recul lorsqu’un tissu chercha lentement à nettoyer son visage de la crasse et du sang. Elle déglutit. Les gestes de sa sœur étaient tendres, et elle accueillait chacun d’entre eux avec un frisson, peu habituée au traitement. A part Decima, personne d’autre que Narcissa n’avait montré de la tendresse envers elle, et c’était un comportement auquel elle n’était pas habituée. Elle ne savait pas réagir. Elle porta la cigarette à ses lèvres une nouvelle fois, et en prit une bouffée, recrachant la fumée sur le côté, pour ne pas indisposer sa sœur. C’aurait été mentir que de dire qu’elle était plus calme, mais elle était assez détendue pour pouvoir tenter d’expliquer ce qu’il venait de se passer, un peu plus clairement. Elle reprit une inspiration de cigarette, avant de détourner le regard, inconfortable sous les attentions de Narcissa. « I killed the Dark Lord, Narcissa. This is not a joke, and I am very serious. » Elle planta son regard dans celui de sa soeur à nouveau, attrapant la main tenant la serviette pour qu’elle arrête momentanément ses mouvements, et qu’elle se concentre sur ce qu’elle disait. « I am not kidding when I say we need to leave. They will hunt me down, and by extension you, and Lucius. You need to pack your bags, and come with me where we’ll be safe. » Nerveusement, elle récupéra sa cigarette entre ses lèvres, et relâcha le poignet de sa soeur, fixant son regard dans les flammes de la cheminée.

Elle savait qu’elle devait s’expliquer un peu plus, qu’elle devait la convaincre. Lentement, d’une main qui tremblait plus qu’elle voulait se l’avouer, elle remonta sa manche, celle-là-même qui cachait la marque de son Maître. Preuve flagrante de sa disparition, l’intensité de la marque diminuait à vue d’œil. Le noir s’estompait, et elle avait cessé de remuer. D’un doigt fébrile, Bellatrix en traça le dessin, déglutissant bruyamment. « I killed him. And I failed you, Cissy, I’m so sorry. » Elle hoqueta, incapable de regarder sa soeur, dévorée par la culpabilité. A nouveau, les larmes menaçaient de s’échapper, et elle s’essuya rageusement la joue du revers de la main, lâchant un soupir tremblant. « He was leading us to our deaths, Cissy, you have to believe me. He was going to attack the muggles, head on. He doesn’t know what they’re capable of, he doesn’t know that they did this to me! He wouldn’t believe me when I told him. » Elle tremblait, toujours, mais de rage cette fois-ci. Ses mâchoires grinçaient, et elle fixa Narcissa d’un oeil furieux, colérique. « He called me weak, afraid; but he doesn’t – he didn’t know. I couldn’t stand it, Cissy, after all I’ve given to him! I gave up my soul to him and he repays me how? By calling me mad, deranged. Said he should have left me with father. » Elle fit disparaître sa cigarette d’un geste de poignet, l’objet incapable de la calmer. Il lui fallait sa potion, maintenant. Elle savait que son aura magique était instable, et elle ne voulait pas blesser sa soeur. « I saw red. I couldn’t control myself, not when he had been so hurtful. Not when he had discarded me like scum. So I killed him. I bashed his head in. Broke my hands doing it, too. » Et sous le sang et la boue, les phalanges étaient enflées. D’une main forte, pourtant, elle attrapa le poignet de Narcissa. Elle savait que sa poigne était douloureuse, mais il lui fallait l’entière attention de sa sœur. « Pack your bags. We’re leaving tonight. »

▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 52
Gallions : 85
Crédit(s) : vinyles idylles (avatar), streitenfeld (gif)
Célébrité : Annabelle Wallis.
Enrôlé(e) depuis le : 28/05/2017
Camp : la neutralité lui sied trop bien au teint pour qu'elle se décide à pencher d'un côté ou d'un autre. Pourquoi se mêlerait-elle d'une guerre qu'elle n'estime de toute façon pas être sienne ?
Age du Personnage : la trentaine doucement entamée.
Particularité : uc
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Mer 7 Juin - 22:40



❝ they know nothing bad ever happens here ❞
Bellatrix & Narcissa
La main de Narcissa, fermement refermée sur le bout de chiffon humide, glissa sur les joues de sa sœur, continua son cheminement sur sa tempe, et termina sa course lorsqu’elle fut stoppée de force par l’étreinte de Bella. Toutes les deux échangèrent un regard durant quelques secondes, avant que la plus jeune se retrouve à hocher la tête par la positive, murmurant du bout des lèvres une phrase à peine perceptible : " je te crois. " Hm, avait-elle le choix ? Ce n’était pas comme si on lui donnait la réelle opportunité de douter de ce qu’elle lui racontait, finalement. Mais lui donnait-elle raison parce qu’elle savait qu’elle avait besoin d’être apaisée, ou parce qu’elle connaissait les folies irrépressibles dont pouvait être victime celle qu’on avait si longtemps considérée comme étant la plus dévouée à la cause du Lord ? Difficile à dire. Elle avait vu ces flammes danser dans ses yeux à plus d’une reprise, mais s’était toujours détournée, jouant la carte de l’impassibilité et de la neutralité. Les activités de son aînée ne la regardaient en aucun point – pourquoi s’en serait-elle préoccupé outre-mesure ? Elle avait déjà assez du fardeau que pesait l’allégeance de son époux sur ses épaules, qu’on avait toujours estimées trop frêles pour affronter quoique ce soit autre qu’une vie bien rangée. L’idée que ce dernier puisse se retrouver à payer les frais de la monstrueuse erreur de Bellatrix la frappa soudainement de plein fouet. S’il y avait bien quelque chose de lucide et certain dans ce qu’elle venait de raconter, c’est que les Malfoy, affiliés aux Black, seraient les premiers vers qui les regards emplis de soupçons se tourneraient.

Peut-être qu’elle pouvait aider à la fuite de sa sœur, tout en protégeant Draco d’une vie clandestine et rester au manoir. Peut-être qu’elle était totalement naïve et se berçait d’illusions, d’une douce utopie bien plus plaisante, mais qu’elle savait pourtant irréalisable – elle aurait beau tempêter contre son interlocutrice, cette dernière ne la laisserait pas derrière elle, et jusqu’à preuve du contraire, elle avait toujours eu l’ascendant sur leur relation. " Ne dis pas n’importe quoi s’il te plaît. " Aussi petites avaient-elles été, Bellatrix exigeait, Narcissa se pliait. Ce n’était jamais rien de déplacé ou de méchant ; toujours pour son propre bien, qui avait été mis en avant au détriment de celui de l’aînée de la fratrie. Elle avait beaucoup sacrifié, pour elle. Aujourd’hui encore, le fait de la retrouver entre les murs de l’enceinte du manoir familial en était la preuve irréfutable. Elle aurait pu fuir, ne pas risquer de se faire rattraper en traînant sa cadette – comme toujours, derrière elle. Malgré tout, elle était là, par Salazar. Tremblante et à l’allure dépravée, après elle ne savait trop (et ne voulait pas savoir) quelles exactions, mais là. Qu’elle pense l’avoir mise en danger, ou avoir échoué quoique ce soit n’avait aucune sorte d’importance. Il n’empêchait que l’imaginer s’en prendre à cette si chère figure de proue de la cause liant la majorité des sorciers au sang plus pur que le cristal, c’était un peu comme imaginer Narcissa inviter un Sang-de-Bourbe à venir prendre le thé durant une après-midi ensoleillée. Bref, aux dernières nouvelles, ce n’était pas près d’arriver et Merlin seul savait qu’elle en aurait fait une crise d’angoisse. " Ce n’est pas de ta faute. " Elle le pensait sincèrement. Et même si ça avait été le cas, elle ne l’aurait pas dit, n’aurait peut-être même pas accepté se l’avouer à elle-même. Elle n’avait jamais, ou presque, donné tort à Bellatrix. La seule et unique fois où elle avait pensé qu’elle se fourvoyait, bien qu’elle se soit abstenue de lui faire part du fond de sa pensée, était l’unique jour où elles avaient discuté d’Andromeda. L’une était catégorique et campait sur ses positions, l’autre était partagée et se sentait coupable. Toutes les deux étaient blessées, pourtant et ces sentiments n’étaient que solution d’une équation où s’additionnaient l’impression de trahison et la déception. Elle n’avait plus jamais osé soulever le sujet depuis, et en plus d’être brûlée de la tapisserie, leur sœur avait été rayée de leur vie.

" D’accord. " Même si elle ne l’était pas tant que ça. Il était trop tard pour faire marche arrière, à présent que sa sœur était là. Les mangemorts viendraient sans l’ombre d’un doute ici, cherchant à mettre la main sur sa sœur, à se venger d’une quelconque façon pour cet acte ultime de trahison. Quand elle lui saisit son poignet, l’emprisonnant avec ferveur, Narcissa gesticula. " J’ai compris Bella. Tu me fais mal. " Elle lui faisait sans doute un peu peur, quand cette lueur dansait dans le fond de ses grands yeux, quand elle l’imaginait assassiner celui qui avait été son modèle à mains nues, quand elle l’observait attentivement, couverte de ce fichu mélange de sang séché et de boue. Cette peur en question, ne dura qu'une dizaine de secondes, tout au plus et elle trouva rapidement quelque chose de plus alarmant sur lequel focaliser son attention. " Je savais que tu étais blessée ", gémit-elle en fronçant les sourcils l’espace de quelques instants. Elle prit sa main et l'observa avant de laisser un sifflement mécontent lui échapper. " S’il te plaît, laisse-moi te soigner avant. " Elle posa à nouveau ses yeux bleus sur la main de son aînée, comme pour insister, puis les releva et croisa son regard. " Est-ce que tu as au moins une idée de l’endroit où aller ? "  Elle n’avait peut-être pas de plan et Narcissa ne l’en blâmerait certainement pas. Elle lui semblait si fragile, toujours sur le point de fondre en sanglots, de s’écrouler et ne plus se relever, qu’elle était tout simplement incapable d’éprouver un autre sentiment que de la compassion. Et sans doute une once de culpabilité, aussi, même si elle n’était pas certaine de la raison de cette émotion.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 186
Gallions : 218
Crédit(s) : Eden Memories
Disponibilité RP : Mélusine de Valmont ; Narcissa Malfoy ; Decima Carrow ; Ravenna Potter ; Eleanor Glenmore (0/5)
Célébrité : Eva Green
Enrôlé(e) depuis le : 16/02/2016
Camp : A snake biting its own tail, she wants to save the magical world from itself, no matter the means to do so or the consequences.
Age du Personnage : 34 yo
Particularité : Legilimens and Occlumens, she's mentally ill, result of an explosion of unrestrained magic when she was younger. She is the patient zero, first of the Mutes, the only one who remembers.
Baguette : Walnut, 12 3/4'' long, dragon heartstring core, unyielding. Her wand is an unwanted ally, it doesn't obey her, doesn't want to, but she is utterly lost without it.
Patronus : Her magic is too unstable to produce any kind of patronus, and even if she could, her mind is too broken to find the will or the power.
Epouvantard : A small, white room. A bed. Restrains. Needles and the hum of electricity. People watching her. Every night she's there again, in her dreams, until she wakes up screaming. She doesn't sleep anymore.
Champ Libre : Life's Story
Family, Friends & Others


ID Card
RP bilingue : Dialogues only or full text, no matter.
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Lun 12 Juin - 11:33



 
And she moved in a blood red fury
(baudelaire) ▽ Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon

Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;

Chaque instant te dévore un morceau du délice

A chaque homme accordé pour toute sa saison.




Elles perdaient du temps. C’était la seule pensée qui tournait en boucle dans l’esprit de Bellatrix : elles perdaient de précieuses secondes pour leur fuite en avant. Elles prenaient le risque de se faire découvrir, et elles risquaient de ne plus avoir de temps pour effacer leurs traces. L’aînée des Black savait qu’elle ne devait pas laisser à Narcissa autant de temps pour réfléchir ; elle savait qu’elle devait lui attraper le poignet et la forcer à faire ses sacs, puis qu’elle devait prendre Draco, et partir avec elle. Si elle était honnête, elle aurait préféré laisser Lucius ici. D’ailleurs, elle doutait même de la capacité de l’homme à admettre que Bellatrix avait raison – ou un semblant de bonne idée – et elle avait le sentiment que, borné, il resterait dans cette maison, et insisterait pour que Narcissa fasse de même. Hors de question, évidemment. Bellatrix eut plus vite fait de le tuer que de le laisser garder Narcissa, qui était, jusqu’à preuve du contraire, sa sœur. A ce titre, elle se devait de la protéger, même des bonnes intentions de son lâche de mari. La laisser rester au Malfoy Manor était du suicide, pur et simple, et elle ne pouvait pas s’y résoudre. Si la cadette des Black perdurait entre ses murs, il ne faudrait que quelques heures aux Death Eaters pour l’attraper, et la soumettre à assez de torture pour faire plier Bellatrix. Qu’importait le destin des sorciers, qu’importait sa propre vie ; s’ils faisaient du mal à Narcissa, la brune aurait eu vite fait de se trancher la gorge elle-même en échange de la vie de sa sœur.



Mais la Malfoy aimait être distraite, et déjà son attention se rapportait sur les phalanges blessées de Bellatrix. Crispant ses mâchoires, elle lui abandonna sa main, et fixa le visage de sa sœur, contrariée d’y voir ce froncement de sourcils, et gênée de tant de mécontentement. Il leur fallait partir, et pourtant elle ne pouvait se résoudre à bouger, effondrée dans ce fauteuil et incapable de retirer sa main d’entre celles de Narcissa. « Sorry … », murmura-t-elle alors, comme une enfant prise sur le fait. Elle la regardait, à présent, et n’avait pas le cœur à lui refuser. A sa question, elle répondit d’un simple hochement de tête. Elle venait de bouleverser le monde de sa sœur, elle pouvait bien lui laisser ce semblant de normalité. Ce n’était pas la première fois qu’elle allait voir la blonde en étant blessée, et chaque nouvelle expérience la faisait culpabiliser encore plus. Elle détestait rentrer dans des états pareils, elle détestait contrarier sa sœur. La jeune femme était si douce, elle ne méritait pas ce qu’ils lui infligeaient, Lucius et elle-même.



Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte qu’elle lui parlait, à nouveau. Sortant de ses pensées, elle se mordit légèrement la lèvre, appréciant pendant un instant la vague chaleur du sort de soin que la cadette s’occupait à employer sur ses mains blessées. Elle déglutit, la tentation d’une cigarette à nouveau forte. « Yes. » Répondit-elle initialement, sans élaborer. Il y avait ce manoir, dont elle était l’unique Secret Keeper, situé en plein cœur de Glasgow. Il conviendrait à Cissy, pour sûr, puisqu’elle l’avait acheté, puis meublé, en fonction de ses goûts. « It’s in Glasgow. It’s a nice city, you’ll like it. Not many wizards, we won’t be too much at risk there. And the Manor, well, I bought it for you, initially. I intended it as a gift, for your birthday, should you ever need to get away from here in the future. I hadn’t planned that we would both need it. » Elle baissa la tête, et se mordit la lèvre, pendant un long moment incapable de regarder sa soeur. Malgré ses mots, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que si, c’était entièrement de sa faute.



Mais ses mains étaient soignées, bien vite, et attrapant les bras de Narcissa, Bellatrix l’encouragea à se relever. Elle lui caressa la joue, un instant, tendrement, puis se leva à son tour. Elle chancelait, tenait à peine debout ; mais elles avaient perdu trop de temps. Il fallait qu’elles se dépêchent, à présent. « I won’t let you stay here, Cissy, I can’t. They’ll hurt you. I would rather die than see you hurt. » Et ce n’était rien d’autre que la vérité. Fut un temps, elle aurait pu donner sa vie pour Andromeda, aussi ; mais sa sœur n’existait plus, à ses yeux. Attrapant délicatement la main de Narcissa, se faisant violence pour ne pas serrer les doigts compulsivement entre les siens, elle l’attira hors du salon, jusqu’aux escaliers. « Please, pack your bags. We can wait for Lucius, but not long. They’ll be here before sunrise. » Il y avait de l’urgence dans ses mots, alors qu’elle grimpait les escaliers vers la chambre de Cissy, le plus silencieusement possible pour ne pas réveiller Draco. Une fois dans la pièce, elle relâcha sa sœur, et commença à ouvrir les placards, murmurant distraitement. « We won’t be alone, Cissy. Dolohov is with me, and a few others too. Regulus will come if I talk to him. And … I know you don’t like her very much, but maybe Decima, as well. » Elle se tourna alors vers sa soeur, la fixant avec un désespoir, une naïveté déconcertante. « It’ll be fine, won’t it ? »



▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE


 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 52
Gallions : 85
Crédit(s) : vinyles idylles (avatar), streitenfeld (gif)
Célébrité : Annabelle Wallis.
Enrôlé(e) depuis le : 28/05/2017
Camp : la neutralité lui sied trop bien au teint pour qu'elle se décide à pencher d'un côté ou d'un autre. Pourquoi se mêlerait-elle d'une guerre qu'elle n'estime de toute façon pas être sienne ?
Age du Personnage : la trentaine doucement entamée.
Particularité : uc
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Jeu 15 Juin - 19:59



❝ they know nothing bad ever happens here ❞
Bellatrix & Narcissa
Plus elle y réfléchissait, prenait mentalement le temps de s’attarder sur le sujet, tandis qu’elle appliquait avec précaution le sort de soin sur les phalanges bleuies de sa sœur, plus l’évidence lui sautait aux yeux. La grande pendule du bureau sonnerait bientôt l’heure du retour de Lucius, ce qui signifiait qu’il ne lui restait plus qu’un laps de temps restreint pour trouver un moyen d’aborder le sujet avec lui – autre que " Comment s’est déroulée ta journée ? Tu ne devineras jamais ce qui vient de se passer ! Bella a tué Lord Voldemort, hallucinant, pas vrai ? Tu veux du thé ? ", et surtout trouver une excuse valable pour qu’il accepte de la suivre, Merlin seul savait où. Il crierait au scandale, pointant l’index accusateur en direction de Bellatrix, coupable de Haute trahison et se détournerait aussi sûrement qu’elle était une Black. Sa sœur et son époux ne s’étaient jamais appréciés et malgré les peu nombreux efforts qu’elle avait exigé qu’ils fournissent, aussitôt avait-elle le dos tourné que regards mauvais et piques moqueuses volaient le temps que durait son inattention. Elle n’était pas dupe et eux ne se foulaient définitivement pas à la tâche. " Glasgow, mmh ", murmura-t-elle distraitement avant de relever vers son aînée un regard surpris, puis légèrement attendri. " Tu as vu les choses en grand, et on dirait que tu as bien fait. " Parce qu’un manoir pour son anniversaire, même Lucius ne l’aurait pas fait et Salazar en personne savait combien il avait goût pour le grandiose, l’impressionnant. Elle détourna à nouveau les yeux vers la main de la jeune brune, qui avait enfin repris un teint rosé et lui donna un léger coup de baguette magique : " Ferula. " Une fois les bandages enroulés et fermement attachés autour de la main de Bellatrix, elle se sentit mieux. Comme si toutes preuves de la lutte acharnée à laquelle elle s’était livrée quelques heures plus tôt avec son ancien mentor s’étaient envolées avec la blessure, masquées sous cette attelle.

Narcissa se redressa, sous l’impulsion de sa sœur, qui finit par en faire de même, légèrement vacillante. Elle vint doucement placer ses mains le long des bras de Bella, cherchant à la stabiliser, le regard à nouveau inquiet posé sur elle, et la laissa lui caresser la joue, dans un de ces instants de tendresse qu’elle pouvait se vanter être l’une des seules à connaître chez la jeune femme. Quand la majorité des sorciers n’avait en tête qu’une association meurtrière et pleine de folie lorsqu’on évoquait le nom de la jeune femme, Cissy savait à quel point elle pouvait être humaine. Tout le monde ne semblait pas digne de voir cet aspect de sa personnalité, voilà tout et jamais elle ne l’en blâmerait. " Ne dis pas de telles choses. " Elle détestait l’idée qu’il puisse lui arriver malheur par sa faute et n’avait d’ailleurs jamais cessé de se sentir coupable de leur enfance. Des coups que Bellatrix, et parfois Andromeda avaient pris pour elle, la protégeant et lui épargnant une vie trop dure pour une enfant. Parce qu’elle était la petite dernière, la princesse, la privilégiée – elle avait toujours eu conscience de la position qu’elle avait aux yeux de ses aînées, de cette sorte d’immunité face aux divers dangers de la vie qui en découlait. " Très bien, comme tu voudras ", finit-elle par souffler, lui donnant gain de cause. Elle n’avait pas le cœur à lui refuser une requête, peu importait cette dernière. Alors si elle devait la suivre à Glasgow pour la rassurer, elle le ferait. " Tu sais aussi bien que moi que Lucius ne viendra pas, n’est-ce pas ? Et il n’acceptera pas de nous laisser partir. " Rien ne lui en coûtait de chercher à le convaincre, pourtant.

Elles montèrent ainsi les escaliers dans un silence presque morbide. Une fois dans sa chambre, elle sortit d’un coin de la pièce un vieux sac en cuir de voyage que le couple Malfoy n’avait plus utilisé depuis une éternité et le déposa sur le lit à baldaquin, relevant soudainement un regard accusateur vers Bellatrix. Dolohov, passait encore. Elle ne lui avait jamais réellement adressé la parole, n’avait jamais eu l’occasion d’apprendre à le connaître – parce qu’il n’y avait de toute façon pas énormément de personnes qu’elle estimait être digne d’un quelconque intérêt de sa part, même au sein des hautes sphères sorcières qu’elle côtoyait depuis sa plus tendre enfance. Regulus la laissant de marbre, bien qu’il soit moins exécrable que cette vermine de Sirius. Mais Decima ? Cette fichue harpie qui n’était autre qu’une pâle copie de Narcissa, la jeunesse, la classe et l’élégance en moins, mais les rides en plus, vraiment ? " Je te demande pardon ? " Elle était pourtant certaine d’avoir bien entendu ce que venait de lui chanter Bella, la mine presque coupable. Elle pointa sa baguette vers les placards, utilisant la magie pour faire sa valise à sa place, regagnant ainsi le retard accumulé par ses nombreuses questions, puis contourna le lit pour pouvoir observer les traits de sa sœur avec plus d’attention. " Tu comptes aller la voir et calmement lui expliquer ce que tu viens de faire ? " Elle secoua légèrement la tête, ce n’était pas sérieux. A moins qu’elle ne soit déjà passée par le manoir des Carrow avant d’atterrir au sein de celui des Malfoy. " Elle n’acceptera jamais de… " Elle ne termina pas sa phrase, prêtant soudainement l’oreille aux bruits de pas qui montaient les escaliers. Elle aurait reconnu la démarche de Lucius entre mille, y étant habituée depuis des années. " Est-ce que tu pourrais nous laisser un moment, s’il te plaît ? Ca ne sera pas long, je te le promets. " Parce qu’elle voyait déjà la hâte brûler le regard de son aînée – cette même hâte qui la rendait fébrile depuis son arrivée. " Tu peux peut-être aller réveiller Draco dans la chambre voisine pendant ce temps ? " La dernière chose dont elle avait envie, aussi bien pour les nerfs de l’un, que de l’autre, c’était d’une confrontation entre sa sœur et son époux.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 186
Gallions : 218
Crédit(s) : Eden Memories
Disponibilité RP : Mélusine de Valmont ; Narcissa Malfoy ; Decima Carrow ; Ravenna Potter ; Eleanor Glenmore (0/5)
Célébrité : Eva Green
Enrôlé(e) depuis le : 16/02/2016
Camp : A snake biting its own tail, she wants to save the magical world from itself, no matter the means to do so or the consequences.
Age du Personnage : 34 yo
Particularité : Legilimens and Occlumens, she's mentally ill, result of an explosion of unrestrained magic when she was younger. She is the patient zero, first of the Mutes, the only one who remembers.
Baguette : Walnut, 12 3/4'' long, dragon heartstring core, unyielding. Her wand is an unwanted ally, it doesn't obey her, doesn't want to, but she is utterly lost without it.
Patronus : Her magic is too unstable to produce any kind of patronus, and even if she could, her mind is too broken to find the will or the power.
Epouvantard : A small, white room. A bed. Restrains. Needles and the hum of electricity. People watching her. Every night she's there again, in her dreams, until she wakes up screaming. She doesn't sleep anymore.
Champ Libre : Life's Story
Family, Friends & Others


ID Card
RP bilingue : Dialogues only or full text, no matter.
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   Mar 27 Juin - 19:00


And she moved in a blood red fury
(baudelaire) ▽ Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.


Elle ne prétendait pas savoir de quoi Narcissa aurait besoin dans leur fuite. Ils avaient assez d’argent, ils pourraient tout racheter si cela leur faisait plaisir ; mais Bellatrix savait que certaines choses avaient une valeur sentimentale. Ces objets, ils étaient pour sa part dans sa chambre, au Lestrange Manor. Elle n’avait pas anticipé la soirée, n’avait pas imaginé le drame, et elle savait qu’elle ne pouvait retourner là-bas. Rabastan, ce rat, serait un des premiers au courant, et elle ne prendrait pas le risque de retourner dans leur demeure. Rien n’importait plus que sa sœur, finalement, et tant pis pour le reste. Les mots de Narcissa résonnaient encore dans sa tête, ces quelques mots sur Lucius, et Bellatrix ne put s’empêcher de grimacer en y repensant. Elle n’avait jamais aimé l’homme, certes, mais elle voulait voir sa sœur heureuse. Elle savait que Lucius était une partie de son bonheur, et merlin help her, elle ferait tout pour le persuader de les rejoindre. Quoi qu’il arrive, il ne pourra pas les garder au Manoir.

Jalousement, pendant une demi-seconde, elle observa la magie couler sans effort de la baguette de sa sœur. Déjà, les sacs se remplissaient, et Bellatrix s’écartait, observant les photographies déposées sur la cheminée. Il y avait Lucius, souriant, qui la fit grimacer, et Draco, riant, qui l’attendrit un instant. Elle ne pouvait pas croire qu’elle avait un jour pensé que Draco serait un soldat pour son Lord. Il méritait mieux que ça ; et à présent, elle l’espérait, il pourrait vivre un peu plus normalement. Ah ! La belle chimère. L’amertume présente dans la voix de sa sœur ne lui échappa pas, et elle se tourna vers elle, un sourcil haussé. Peut-être les doutes de Narcissa étaient-ils fondés, mais l’aînée des Black ne voulait pas y penser. Decima partageait sa vie depuis des années, et elle avait vécu avec elle de nombreuses choses. Elle ne pouvait croire qu’elle la trahirait, la rejetterait ainsi. Elle allait pour répondre, mais déjà la blonde s’interrompait, et Bellatrix tendant l’oreille à son tour, capta la présence de son beau-frère dans la maison. Enfin.

Aux mots de sa sœur, elle hocha la tête sans attendre. Déjà, l’empressement agitait ses membres, et nerveusement, elle se dirigeait vers la porte. Elle ne voulait pas voir Lucius, pas encore, et Narcissa en semblait parfaitement consciente. Les deux ne s’étaient jamais entendus, ce n’était un secret pour personne, et Bellatrix savait que sa seule présence le rendrait moins enclin à les écouter. Elle faisait confiance aux charmes de sa sœur, et elle lui sourit alors, d’un rictus qu’elle voulait rassurant mais qui se trouva être tremblant. Une dernière fois, elle attrapa les mains de sa cadette, les serrant délicatement entre ses doigts. « I only wish for your happiness, sister. Persuade him if you can, but no matter how much he cares for you, I will not let you stay here. It’ll be both your death sentences. » Elle hésita, mais les pas montaient les escaliers, à présent, et Belaltrix n’avait plus le temps. Impulsive, elle déposa un baiser sur la joue de sa sœur, et quitta la pièce la seconde d’après.

La chambre de Draco était au coin du couloir, et elle y pénétra quelques secondes avant que Lucius n’arrive sur le palier. Refermant la porte derrière elle, elle contempla en silence la forme de son neveu étendu, les membres inférieurs enroulés dans sa couette. Indulgente, elle s’approcha, et s’assit un instant à côté de lui, caressant son front tendrement. Cette douceur n’était réservée qu’à sa famille, qu’à Narcissa et son fils. Le petit blond s’agita quelques secondes, et elle murmura quelques gentillesses, déposant un baiser sur son front. Deux yeux s’ouvrirent pour la confronter, et elle sourit légèrement, caressant la joue du garçon délicatement. « Hello Draco. I am sorry to wake you but we need to go. » Elle n’était pas forcément à l’aise, avec les enfants, incapable d’agir et terrifiée de faire des erreurs. Terrifiée de leur faire mal. Il semblait confus, et elle sourit à nouveau, l’attrapant délicatement pour le prendre contre elle. « Come on sweetheart. Let’s go find your mom, yes ? » Le garcon, encore endormi, ne lui répondit pas et elle se serra délicatement contre elle, se relevant en le soutenant d’une main. Il devenait plus lourd avec l’âge, mais elle pouvait encore le porter.  « Do you wish to take anything with you, darling ? » Sans attendre de réponse, elle attrapa la peluche qui trônait dans le lit, et la glissa entre les mains du garçon. D’une main tendue, elle conjura son jouet préféré, qui vola dans sa main rapidement. « Auntie Bella ? Where’s mom ? » Demanda-t-il finalement, et elle embrassa sa tempe.

Elle savait qu’il allait bientôt s’inquiéter, mais elle avait peur de quitter la pièce ; peur de ce que Lucius et Narcissa étaient en train de se dire, peur que sa soudaine présence ne le braque et qu’il décide de les garder ici. Elle ne voulait pas le combattre, elle savait qu’une telle chose briserait le cœur de sa sœur, et pourtant elle ne pouvait pas le laisser faire non plus. Prenant une bouffée d’air, elle sourit un peu distraitement à Draco, maintenant parfaitement réveillé, et elle sortit de la pièce, jouet en main. L’instant d’après, elle traversait le couloir, et se postait directement à l’entrée de la chambre des deux époux, l’enfant serré délicatement contre elle. « Narcissa ? » Elle se gardait bien de regarder Lucius, son attention entièrement braquée sur sa sœur. Draco, lui, regardait ses parents avec de grands yeux. Elle n’avait nul doute que s’il n’avait pas été un enfant aussi calme, il aurait déjà essayé de s’échapper de ses bras.

▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: And she moved in a blood red fury (Bella)   

Revenir en haut Aller en bas
 
And she moved in a blood red fury (Bella)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morning Sun :: Deep within the corners of my Mind :: Time-Turner-
Sauter vers:  
TOP SITES

NOS PARTENAIRES