Partagez | 
 

 Full moon & blurry faces | FENRIR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Parchemins : 174
Gallions : 203
Crédit(s) : SCHIZOPHRENIC.
Disponibilité RP : 1/4 dispo | Fenrir | Ravenna | Jared |
Célébrité : Gaspard Ulliel
Enrôlé(e) depuis le : 26/05/2017
Camp : Death Eater
Age du Personnage : 33 yo
Particularité : None
Baguette : 32cm, aubépine, ventricule de dragon
Patronus : Bison
Epouvantard : Une fumé épaisse et noire, avec des mains décharnées qui se tendent vers lui
MessageSujet: Full moon & blurry faces | FENRIR   Dim 4 Juin - 16:19

Colère, rancœur, rage. Rabastan n'était pas connu pour sa vertu (d'ailleurs, ce terme ne faisait pas partie de son dictionnaire personnel), mais pour son caractère de merde cochon, son orgueil et sa vanité. Mais parmi ses camarades mangemorts, certains n'avaient pas encore bien compris le principe. Ce crétin d'Arcadius, il fallait toujours qu'il l'ouvre. Ce vieux bouffon n'avait vraiment aucune éducation. Rabastan était déjà bien gentil de le tolérer encore parmi les mangemorts (comment ça il n'avait pas trop le choix ?); il devrait lui être reconnaissant ! Mais non, au lieu de cela, il prenait toujours un main plaisir à contester chacune de ses décisions, chacune de ses actions et le PIRE : contester la légitimité de sa position. Mais ce que Greeden n'avait pas compris, l'abruti, c'était qu'il n'avait simplement pas le choix. Il pourrait brailler  comme un putois autant de fois qu'il le voulait, Rabastan restait son chef. Et s'il n'avait pas encore trouvé de moyens de lui faire payer son insolence, le Lestrange ne tarderait pas. Le retour de bâton sera douloureux pour le rat de bibliothèque.

Même l'air plutôt frais de la nuit ne parvenait pas à calmer ses nerfs. Les beaux jours lui donnaient de l'urticaire. Rabastan préférait largement l'hiver et ses nuits glaciales. Ces moments où l'air froid nocturne brûlait l'intérieur des poumons. Au diable ces mois d'été et leur moiteur insupportable. Sa cape sur les épaules, la capuche descendant sur son visage, le Lestrange arpentait les rues de l'Allée des Embrumes comme un fantôme esseulé. Dès qu'un malheureux chat pointait le bout de son sale museau, il l'arrosait d'un sortilège cuisant. S'il avait pu démonter brique par brique une des maisons crasseuse pour apaiser sa colère, il l'aurait fait. Dès qu'il avait pu quitter le quartier général du moment, sans passer pour un môme qui partait bouder, il l'avait fait bien volontiers. L'atmosphère pesante lui aurait fait perdre le peu de calme dont il était capable.

Les rues silencieuses, qui n'avaient rien de rassurant pour un sorcier lambda, étaient un vrai salut pour Rabastan. Il restait néanmoins sur ses gardes ; avec tous ceux qui en voulaient à sa précieuse vie en ce moment, il serait crétin de vagabonder dans les rues en sifflotant, les mains dans les poches. C'est bien pourquoi le Lestrange se déplaçait aussi silencieusement que possible, bien que le bruit de ses pas se répercutant en écho sur les murs donnait l'impression de coups de tonnerre. Le sorcier resserra sa cape autour de lui et serra plus fort sa baguette dans sa main. Cette dernière vibra légèrement. Elle sentait la tension qui habitait son propriétaire, son envie de se défouler, voire d'en découdre. Au fond de lui, cela ne l'aurait pas déranger de tomber sur un membre de l'Ordre ou un Auror du Ministère. Rabastan n'était pas connu non plus pour sa grande prudence.

A un croisement, il choisit la rue la moins piteuse et la moins encombrée pour continuer son chemin. Si le brun marchait un peu au hasard, il n'était nullement perdu. Bon, il ne savait pas où il était précisément mais il n'était pas paumé. Il s'arrêta soudainement, et soupira profondément. Il savait bien que le coin n'était pas fréquentable, mais quand même, il avait l'impression de se trouver dans une ville fantôme ! Et il n'était jamais que 3 heures du matin. Le Lestrange leva les yeux au ciel. A travers les nuages, on pouvait voir la lune, presque aveuglante. Demain ce serait la pleine lune ; tous ces bâtards de loup-garous allait faire la bamboula. Tant qu'il ne souillait pas les Sang-Purs avec leur connerie...

Le spectacle de la lune presque pleine n'ayant pas beaucoup d'intérêt, Rabastan reprit son chemin, encore plus énervé qu'avant, pour Merlin sait quelle raison. Il ne prêta pas attention à un vieux sorcier recroquevillé à terre, qui marmonnait tout seul. Rabastan lui aurait bien donné un coup de pied, mais peut-être que c'était un affreux sang-mêlé, ou pire, un sang-de-bourbe. Le Lestrange ne touchait pas ce genre de chose. Le brun fit craquer ses cervicales d'un mouvement sec et son regard se posa sur un homme, visiblement pressé. Rabastan plissa les yeux pour mieux discerner les traits de l'inconnu dans la nuit, et quelque chose au creux de son estomac grondait. Le nombre de fois où il avait rencontré Fenrir Greyback pouvait se compter sur les doigts d'une main, mais Rabastan n'oubliait jamais un visage.

Sa mâchoire se crispa et la cicatrice sur sa joue se creusa un peu plus pendant qu'un faux sourire tordait sa bouche. Par principe, ce genre d'individu n'était que de la racaille aux yeux de Rabastan. Le seul point positif de ce lycanthrope était qu'il s'attaquait aux enfants. Tant mieux, le sorcier détestait la marmaille. Il ralentit l'allure et attendit que le loup-garou se trouve tout près de lui pour l’interpeller.

- Bonsoir Greyback, lança le sorcier, sur un ton qui n'avait rien de poli. Je me disais bien que ça sentait le chien mouillé dans le coin. Ça me donnerait presque envie de rendre mon quatre-heure.

Un rictus désagréable étira ses lèvres pendant qu'il bloquait le passage au Greyback. Le loup-garou avait une carrure bien plus forte que la sienne, mais Rabastan était tout en nerf et ne doutait pas de sa puissance. Mais pour le moment, il allait se contenter d'une joute verbale et d'humiliations ; histoire de commencer en douceur.

- Je pensais que les petits toutous dans ton genre étaient déjà rentrés à la niche, à cette heure. Mais tu sembles bien pressé, relax, prends donc le temps d'admirer la lune, tu n'en a pas souvent l'occasion. railla le Lestrange, tout en faisant tourner sa baguette entre ses doigts d'un geste nonchalant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 151
Gallions : 182
Crédit(s) : hedgekey (avatar).
Disponibilité RP : pas de place dispo (rabastan, elea, liam).
Célébrité : jamie dornan.
Enrôlé(e) depuis le : 27/05/2017
Camp : sert ses propres intérêts, retourne sans cesse sa veste.
Age du Personnage : trente-six ans.
Particularité : lycanthrope, à l'origine de bon nombre de morsures. roi parmi les loups.
Baguette : bois de hêtre, poil d'acromentula, vingt-trois centimètres.
Patronus : incapable d'en former un.
Epouvantard : son père, cet enfoiré de moldu qu'il a fini par abattre mais qui continue de hanter ses nuits.

ID Card
RP bilingue : ANGLAIS : aucun des deux
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: Re: Full moon & blurry faces | FENRIR   Mar 6 Juin - 21:53

FULL MOON & BLURRY FACES
rabastan & fenrir

Les clameurs s’élevèrent autour de lui, tandis que Fenrir essuyait un filet de sang qui coulait de sa lèvre du revers de la main. A terre, son adversaire, haletant, ne lui adressa même pas un regard. Le pleutre avait cherché à éviter les coups – il savait que le loup qui lui faisait face était particulièrement agressif quand venait la pleine lune, et qu’une seule de ses griffures deviendrait un handicap pour le reste de ses jours. Aussi, ce fut avec une facilité déconcertante qu’il se laissa tabasser, et Fenrir prit soin d’y mettre tout son cœur. Il revêtit son tee-shirt noir et récupéra les Gallions qu’on lui fourrait dans les bras, fruits des paris du public qui entourait l’arène clandestine. Depuis longtemps maintenant, Fenrir se livrait à ce genre de combats pour gagner un peu d’argent. Jamais encore il n’avait connu de défaite, mais il se doutait bien que personne n’osait le contrarier. A juste titre, d’ailleurs, puisqu’il n’hésiterait pas à détruire la vie de quiconque l’humilierait publiquement. L’homme se laissa tomber sur un tabouret et engouffra un whisky pur-feu cul sec, avant d’en commander un autre. La sueur perlait sur son front et dans son coup. Fenrir restait agité, même après s’être dépensé. Parce que la pleine lune était le lendemain, certes (quand bien même il ne se transformait pas réellement en loup), mais aussi parce qu’Eleanor Glenmore restait introuvable malgré ses recherches. Et ça, ça l’agaçait plus que tout. « Un autre. » ordonna-t-il d’un air hagard avant de tendre son verre vers le tavernier – tout aussi clandestin – pour la énième fois.

La nuit était bien entamée quand Fenrir remonta à la surface. La lune était haut dans le ciel, gigantesque, lui rappelant que trop bien que la nuit suivante serait la meilleure du mois, mais aussi la plus douloureuse. Il frissonna et resserra sa cape autour de lui en pressant le pas dans les ruelles malfamées de Diagon Alley. Il transplanerait bientôt pour Thornvault où l’attendait une meute en ébullition, mais d’abord il avait un dernier repérage à faire ; sa prochaine victime vivait là, tout près. Il lui fallait simplement s’assurer de pouvoir entrer comme il l’avait prédit. Et puis …   « Bonsoir Greyback. » Le loup serra les dents en s’arrêtant net devant l’homme qui lui barrait la route. Un soupir s’échappa de ses lèvres quand il reconnut la sale trogne de Rabastan Lestrange qui, à l’instar de ses congénères je-pète-plus-haut-que-mon-cul, le révulsait plus qu’il ne l’impressionnait. « Rabastan Lestrange, la politesse et l’élégance à la Sang-Pur. La quintessence du monde magique. » railla Fenrir en croisant les bras sur son torse. Il était pressé et l’homme tombait très mal. D’autant plus qu’il semblait avoir envie d’en découdre. Lui coller une baigne lui aurait fait le plus grand bien, malheureusement Lestrange était plus haut placé sur l’échelle de la société. Fenrir devrait fermer sa gueule, jusqu’au jour où les lycanthropes ravageraient cette foutue société sorcière qu’il haïssait tant. « Je suis extrêmement touché que tu t’inquiètes pour moi et la fréquence à laquelle je peux admirer la lune, vraiment. Je pensais que tu avais un cœur de pierre, mais je me suis trompé à ton sujet. » Son regard azur se posa un instant sur la baguette que tenait Rabastan. Si Fenrir était aussi équipé de la sienne, accrochée à sa ceinture, il aurait plus vite fait de se jeter sur lui et lui asséner un coup de griffe ou de le mordre. Le roi parmi les loups avait la chance de pouvoir provoquer les mêmes blessures sous sa forme humaine que sa forme bestiale. Les plus avisés le savaient, et savaient aussi que le chercher était une mauvaise idée – il avait trop peu de patience pour tolérer bien longtemps d’être humilié de la sorte. Surtout la veille de la pleine lune. « Tu devrais me lâcher les basques et aller boire un verre à la taverne. Je ne suis pas d’humeur à me battre avec toi, ce serait sûrement désastreux pour nous deux. » le conseilla-t-il humblement et calmement. Pas sûr que ça plaise au Sang-Pur, mais au moins il aurait essayé. Rabastan ne pourrait pas dire qu’il n’était pas prévenu. « T’as l’air d’avoir besoin d’un remontant. Un vilain Sang-Pur t’a contrarié ? Tu ne sais pas quel costume porter lors de la prochaine réception ? Attend, laisse-moi deviner ! Ah, ton elfe de maison a mis des couverts en argent plutôt qu’en or pour le dîner ! » Fenrir n’avait pas que ça à foutre, de toute façon, et tenta de le contourner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 174
Gallions : 203
Crédit(s) : SCHIZOPHRENIC.
Disponibilité RP : 1/4 dispo | Fenrir | Ravenna | Jared |
Célébrité : Gaspard Ulliel
Enrôlé(e) depuis le : 26/05/2017
Camp : Death Eater
Age du Personnage : 33 yo
Particularité : None
Baguette : 32cm, aubépine, ventricule de dragon
Patronus : Bison
Epouvantard : Une fumé épaisse et noire, avec des mains décharnées qui se tendent vers lui
MessageSujet: Re: Full moon & blurry faces | FENRIR   Lun 12 Juin - 21:15

La tension sexuelle était déjà palpable entre les deux hommes, malgré leur bref échange. Est-ce que Rabastan savait qu’il était extrêmement imprudent de venir chatouiller un lycanthrope tel que Fenrir une veille de pleine lune ? Assurément. Est-ce qu’il s’en battait royalement les roustons ? Complètement. Les petites railleries du loup ne l’atteignaient même pas – pour une fois que le Lestrange ne se vexait pas comme un dindon, ce jour était à marquer d’une pierre blanche. Il était au contraire assez amusé par la réaction du Greyback. Ce dernier n’avait visiblement pas très envie d’être ici (on se demande bien pourquoi).

- Un cœur de pierre, allons, comme tu y vas ! s’exclama le sang-pur, faussement vexé (et l’oscar du meilleur acteur est attribué à…). Je suis bienveillant envers mon prochain au contraire. Enfin, encore faut-il que leur sang ne soit pas souillé et immonde, comme…

Le brun laissa son « le tien » en suspens, mais un sourire mauvais éclaira son visage, et même un troll des montagnes aurait compris l’insulte. Rabastan trouvait cela extrêmement amusant de se moquer de Fenrir, de le provoquer. Il espérait le faire sortir de ses gonds, lui donner une raison d’attaquer, rien que pour le plaisir de riposter et de lui donner une leçon. Le jeune homme avait la sensation que le ton pouvait rapidement monter, surtout dans le contexte spécial de cette nuit. Cette joute mesquine avait au moins l’avantage de le détendre. Oui c’était dangereux, mais c’était bien ça qui était excitant. Même si Rabastan demeurait calme, il sentait le sang battre plus fortement à ses tempes au fur et à mesure que le temps passait. Il renifla avec mépris lorsque le loup-garou lui suggéra de passer son chemin, avec un petit ton humble qui sonnait comme de la suffisance aux oreilles du Lestrange. Comme si on lui disait « t’es bien mignon, mais dégage maintenant ». Le brun resserra plus fortement sa poigne sur sa baguette, qui vibra une nouvelle fois.

- Je ne traîne pas dans les trous à rats miteux comme toi, Greyback. Si toi tu aimes la crasse, tout le monde pas été élevé dans une tanière.

L’expression de Rabastan n’était plus la même. Le ton léger de la moquerie et de la provocation avait fait place à une intonation plus dure et tranchante. Pour qui il se prenait, ce bâtard au sang sali ? Si le Lestrange ne pensait pas qu’il pouvait potentiellement lui être un jour utile, il l’aurait foudroyé sur place. Parce que Rabastan savait que le clébard n'avait pour allégeance que l'argent. Ça lui donnait envie de vomir. Les moqueries de Fenrir ne l’amusait plus (et comme c’est toujours plus drôle de se moquer mais pas d’être moquer, Rabastan commençait à tirer la tronche sévère). Le Lestrange encaissa en silence. Le retour de bâton n’en serait que plus douloureux pour le loup. Lorsque ce dernier se décala légèrement pour contourner Rabastan, le brun lui barra aisément le passage, et pointa sa baguette sur Fenrir, le regard lourd et menaçant. Il ne le touchait pas directement, mais prenait soin de frôler savamment la poitrine de son interlocuteur.

- Je te trouve bien impertinent. Il n’y a pas que l’alcool qui peut faire office de remontant. Mais une bête telle que toi ne peut pas savoir ça. Et, encore une fois, tout le monde n’est pas un accro de la boutanche.

Provoquer, insulter, tirer sur la corde. A chaque mot, que Rabastan espérait de plus en plus blessant, on se rapprochait du point de non-retour. Le brun n’avait qu’une hâte, que ça pète, que ça explose du sang, des tripes, des boyaux !. Un tic nerveux agitait sa lèvre, ce qui faisait tordre sa bouche dans un rictus déplaisant. Le Lestrange se redressa un peu plus essayant de dominer son adversaire, même si le loup avait sensiblement la même carrure. Il avait peut-être de plus gros muscles, mais la taille ne fait pas tout.

- Je pense que nous sommes loin d’en avoir fini. Il va falloir que tu apprennes à te plier à la volonté de tes supérieurs.

Le rythme cardiaque du Lestrange avait soudainement accéléré. Il savait bien que la riposte n’allait pas tarder à fuser, et qu’elle ne ferait pas du bien du tout. Tous les muscles de son corps étaient tendus, tous ses sens étaient en éveil. S’il ne se retenait pas, il se serait certainement mis à ricaner d’impatience comme une hyène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Full moon & blurry faces | FENRIR   

Revenir en haut Aller en bas
 
Full moon & blurry faces | FENRIR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RAPHAEL ✦ Full moon my worst nighmare... after you
» Toutes les idées sont tissées sur le canevas de la nuit. || Songe Fugace ♠
» Full Moon Effects [Livre II - Terminé]
» The Full Moon |With Jordan Simmons|
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morning Sun :: London :: Diagon Alley :: Knockturn Alley-
Sauter vers:  
TOP SITES

NOS PARTENAIRES