Partagez | 
 

 LE COL DES NUAGES (NATHANAEL)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Parchemins : 59
Gallions : 105
Crédit(s) : BALACLAVA, ASTRA, TUMBLR
Disponibilité RP : HOPE(N) : LILY, NATH, JARED
Célébrité : DOMHNALL GLEESON
Enrôlé(e) depuis le : 31/05/2017
Camp : l'ordre du phénix, ceux qui sont portés dans le coeur, et les bouffées de gentillesse.
Age du Personnage : vingt six, déjà, ça fait longtemps qu'il ne les compte, tellement elles sont mornes et déchirées.
Particularité : loup-garou, c'est tabou, il n'aime pas être un loup, ce pelage grisonnant, c'est une toison de cuivre : ça brille, mais ça répugne.
Baguette : la noblesse du cyprès associé au crin de licorne s'évertue à lancer des sortilèges le long de vingt cinq virgule soixante quinze centimètre, dans une souplesse de précoce artiste
Patronus : les pattes du loup qui courent plus loin que les vagues qui s'écrasent dans les rochers.
Epouvantard : la pleine lune, l'être-loup.

ID Card
RP bilingue : NON, LE FRANCAIS C'EST TRES BIEN
DANS TON SAC:
LES SORTS QUE TU MAÎTRISES:
MessageSujet: LE COL DES NUAGES (NATHANAEL)   Sam 17 Juin - 10:24

Parfois, il suffit d'un craquement de branche, d'un cri d'oiseau, d'un bruissement de feuille pour effrayer un homme. Parfois, il faut juste qu'une pierre roule dans l'eau et touche le fond, qu'un chevreuil bondit à travers les fougères. Parfois, quand il n'y a rien dans le ciel, pas même un nuage, on se prend à espérer qu'on ne reste pas seul, dans cet endroit, étrange et terrifiant.
Juste un peu, jusqu'au moment où l'on se rend compte que personne ne viendra à notre secours. Tant pis, il faut continuer son chemin, grimper sur les rochers et faire voler la poussière dans ses vêtements. C'qu'on aime, c'est quand la pluie vient et qu'elle efface les traces.
Voilà, Remus en marchant, découvrant jour après nuit la naissance de l'art naturel, ressent toutes ces émotions. L'Ecosse, belles landes et beaux paysages, la brume légendaire qui vient l'envelopper de ses bras imaginaires. Les villages, le son d'un violon et d'une clarinette qui s'unissent derrière une fenêtre. Depuis un mois, Remus est resté dans la région. Il se fiche un peu de tout, il est là pour vivre. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu envie de vivre. A chaque fois, il exécutait ce qu'on lui demandait. Mais aujourd'hui, il a envie de prendre son envol pour ne jamais revenir.
Ah, entendez le clapotis des vaguelettes du point d'eau dans le creux de la terre. L'homme se désaltère, et il regarde en haut. Un beau ciel bleu. Un ciel de joie. Un ciel où le soleil chasse les ombres, pour faire verdoyer les herbes hautes où les fleurs se répandent, de couleurs flamboyantes. Et puis, l'homme-loup se couche dans cet amas naturel, reposé et heureux, son visage offert à la lumière extraterrestre, et ferme les yeux, attendant le moment pour reprendre la route.
Des pas se rapprochent. Des pas qui ont une sonorité familière. Des pas qui appartiennent à un ami. Remus se redresse, tourne la tête à droite à gauche, et voit quelqu'un qui vient.
Et ce quelqu'un, ça faisait longtemps que le loup ne l'avait pas vu.
Nathanaël.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parchemins : 37
Gallions : 78
Crédit(s) : Avatar : Me
Disponibilité RP : Ok - 3/3
Célébrité : Charlie Hunnam
Enrôlé(e) depuis le : 29/05/2017
Camp : Neutre informateur pour l'Order
Age du Personnage : 35 ans
Particularité : Animagi : Il prend la forme d'une hermine blanche, symbole de liberté et d'indépendance.
Baguette : Baguette de feu son père en bois de Sycomore, au coeur une épine de fleuve blanc, mesurant 33 centimètres
Patronus : Un Lynx
Epouvantard : Si durant son enfance/adolescence il prenait la forme de sa mère et de toute sa violence, aujourd’hui il pourrait faire face à la mort pure et simple de sa sœur, Mélusine
MessageSujet: Re: LE COL DES NUAGES (NATHANAEL)   Mer 19 Juil - 11:12

Le col des nuages
Remus & Nathanaël



Souffle court, baguette bien en main, Nathanaël manque de se casser la gueule alors qu’il dérape sur la terre humide, trouvant refuge derrière un rocher.

- Holy shit.

Ces enfoirés sont bien plus coriaces qu’il ne l’aurait cru et il avait visiblement vu bien trop gros. D’un geste fébrile, il ramène ses cheveux mouillés de sueur en arrière, libérant ainsi sa vue. Quelle connerie de ne pas avoir écouter son instinct et de ne pas s’être rétracter lorsqu’il le fallait. Pourtant, Nathanaël n’est pas un mauvais formateur, encore moins avec les années d’expériences accumulées, au contraire. Il est clairement le genre de type à s’entendre avec tout le monde, sachant aisément nouer un contact, une sympathie puisque là est tout son talent : l’humanité.
Mais cette fois, il a tout simplement merdé et ceux qui pouvaient lui donner quelques clés supplémentaires concernant la mission donnée par sa sœur sont actuellement à sa poursuite, certainement dans le but de le démembrer.

Le sorcier n’est pas du genre à fuir mais force est de constater que pour cette fois, il ne va pas avoir trop le choix. Que ça soit pour sa sécurité ou pour celle de l’Order dont il protègera au péril de sa vie s’il le faut.
Il prend une inspiration, se concentre et sent presque aussitôt sa peau frémir et ses os se rétracter douloureusement à la seconde où sa forme d’animagi prend possession de lui. Tout cela se déroule en moins de dix secondes et c’est à peine le temps qu’il faut à Nathanaël pour décamper comme l’hermine blanche qu’il est tout en se faufilant sous les morceaux de bois, d’écorce, privilégiant les endroits les plus escarpés si jamais il prenait l’envie à ces connards de le suivre.

Nathanaël ne sait pas depuis combien de temps il cavale comme ça à galoper sur ses petites pattes, ne faisant qu’un avec cette nature qu’il commence à connaitre par cœur. A bout de souffle et épuisé, le sorcier se dissimule de nouveau pour reprendre forme humaine, grimaçant légèrement de douleur. Il s’étire, se craque quelques os dans un soupir de soulagement… tout ce dont il a besoin maintenant, c’est d’un point d’eau pour se désaltérer et redonner forme humaine à sa gueule pleine de terre.
Des minutes ou plutôt une heure s’égrène, lente et éprouvante mais il ne bronche pas, habitué de ces éternelles escapades en quête d’informations à ramener à l’Order, à sa sœur mais quand il aperçoit la forme d’un corps au loin, Nathanael n’hésite pas à dégainer sa baguette, prêt à se charger du premier qui l’attaquerait… avant de baisser sa garde, lentement. Surprit.

- Merde… Remus, c’est toi ?

Oui, c’est lui. Là, allongé, sourire aux lèvres qui devient aussitôt communicatif, poussant Nathanaël a accélérer le pas et à venir serrer son ami dans ses bras dans une accolade presque fraternel.

- Bordel ça fait une éternité que je ne t’avais pas vu ! Il s’écarte, le jauge. Comment tu vas ? Qu’est-ce que tu fous ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LE COL DES NUAGES (NATHANAEL)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves
» Quand passent les nuages...
» Nathanael
» "Je cours sur les nuages à la manière du funambule"
» Parce que j'ai foiré Nuages des Songes >_

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morning Sun :: The British Isles :: Scotland-
Sauter vers:  
TOP SITES

NOS PARTENAIRES