Partagez | 
 

 3 — Monde Magique ; Us et Coutumes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Parchemins : 166
Gallions : 230
Crédit(s) : Avatar : © Soeurs d'Armes
Enrôlé(e) depuis le : 05/01/2016
MessageSujet: 3 — Monde Magique ; Us et Coutumes   Jeu 4 Mai - 20:16

Monde Magique, Us et Coutumes
How you live

Le point de vue des sang-purs :
La majeure partie des familles sang-purs ont des traditions qui remontent à l’époque de Morgana, et de Merlin, traditions dont ils sont fiers, et qu’ils ne comptent pas abandonner. Les sang-purs ont quelques excentricités, généralement mal vues du reste de la population, comme notamment l’inceste ou encore l’homosexualité.
La première reste une exception, même au sein des Sacred Twenty-Eight. En effet, l’inceste pose un problème majeur pour la descendance : l’absence de brassage génétique, la perte de la diversité : l’inceste a eu plusieurs conséquences, dont la création de nombre de cracmols, qui sont toujours une honte pour les familles. En conséquence, l’inceste est toléré derrière les portes closes, vu comme une déviance sexuelle n’étant pour autant pas forcément impardonnable. Par ailleurs, il est extrêmement mal vu pour des membres d’une même famille liés au premier degré de se marier, et d’avoir des enfants, car le risque d’avoir une descendance affectée est de plus en plus fort.

L’homosexualité a une meilleure réputation au sein des familles sang-purs. Si l’homosexualité masculine est acceptée à but récréatif ; l’impossibilité de créer des héritiers empêchant un quelconque mariage d’être autorisé par les patriarches, l’homosexualité féminine est quant à elle reconnue jusque dans le mariage. Les cas sont rares, cela-dit, mais il est possible pour les sorcières particulièrement talentueuses en métamorphose, de modifier assez de leur structure cellulaire pour pouvoir procréer. La légende raconte que Morgana elle-même avait de nombreuses amantes, et était parvenue à avoir plusieurs enfants avec quelques-unes d’entre elles. Ainsi, deux femmes entre elles peuvent engendrer des héritiers, ce qui peut justifier un mariage lorsqu’aucune autre alternative n’est possible. Pour éviter la mort d’une branche familiale, certaines concessions sont faites, et ainsi, les sorcières sont autorisées, voire même encouragées à se marier entre elles. Les sorcières se mariant seulement par plaisir plutôt que par nécessité sont rares aujourd’hui, car elles n’ont que très peu le loisir de pouvoir choisir leur époux/leur femme.

En effet, chez les sang-purs, hormis quelques exceptions dans certaines familles, ce sont les parents qui choisissent les époux/femmes de leurs enfants. Le mariage est rarement un fait d’amour, mais plutôt une alliance, et toujours perpétrée dans la nécessité de faire continuer la lignée, en évitant la perte génétique autant que possible. Il est encore assez mal vu de n’avoir que des filles, même s’il est toujours possible au père de famille d’accepter une alliance avec une autre, et de marier sa fille à une autre femme afin qu’elle garde son nom de famille, et le transmette à ses enfants, permettant ainsi d’éviter à une lignée de mourir.

Les enfants sont éduqués suivant les traditions des familles, qui remontent souvent à quelques siècles. Souvent stricte, il est peu de familles où l’amour est montré explicitement aux enfants. Les héritiers grandissent avec beaucoup de pression sur leurs épaules : il leur faut faire honneur à leurs ancêtres et continuer à porter leur lignée, et à être fidèle à leur sang sur encore de nombreuses générations. Pas toutes les familles de sang-purs prêchent à leurs enfants la nécessité de garder leur sang pur, et pas toutes ne les encouragent à haïr le né-moldu ; mais ce comportement est observé dans plus de la moitié d’entre elles. La pureté de leur sang est quelque chose qui leur apporte beaucoup de fierté, et c’est ce qui est enseigné aux enfants.

Les enfants de sang-pur grandissent entourés de magie, et sont enseignés à la contrôler depuis leur plus jeune âge. Nombre d’entre eux ont déjà appris à voler, et connaissent les bases des nombreuses branches de la magie. Ces enfants sont avantagés car la Trace, présente sur chaque individu de moins de 17 ans, ne permet pas de discerner dans un logement si ce sont les parents ou les enfants qui exercent la magie. Ainsi, ils peuvent à loisir s’entraîner pendant leur enfance.

Les sang-purs, pour la plupart, méprisent sang-mêlés et né-moldus, et plus particulièrement ces derniers. Les sang-purs n’ont aucune connaissance, ou presque, du monde moldu, et voient généralement les sang-mêlés comme les bâtards d’un traître à son sang ; et les né-moldus comme des barbares. Il est vrai dans une certaine mesure que les né-moldus ont tendance à ignorer les coutumes magiques, par manque d’éducation, alors que les sang-mêlés ont pu y être confrontés grâce à l’un de leur parent. Pour autant, les sang-purs se sentent supérieurs à eux, et ont tendance à croire pour la plupart que leur capacité magique est bien inférieure à celle des sang-purs. Ainsi, l’apogée de Lord Voldemort n’est pas surprenante quand on constate la décadence grandissante des familles sang-purs, qui perdent leur place dans la société depuis des années.

Les sang-purs voient les Mutes comme une menace. Le phénomène inexpliqué semble les toucher aussi également que les autres, et cela les terrifie. Qu’ils acceptent ou non le traitement qui leur est fait concerne des considérations personnelles, et peu d’entre eux osent avouer leur pensée en public sur le sujet. Les Mutes sont un sujet qui divise grandement la population sang-pur.


Le point de vue des né-moldus :
Les né-moldus ont la réputation d’être plus ouverts d’esprit que les sang-purs, mais ce n’est pas forcément le cas. En effet, ils jugent bien souvent les mœurs de ces derniers, qu’ils trouvent être décadentes et débridées. L’inceste n’est pas accepté dans le monde moldu, et les homosexuels y sont considérés comme des malades mentaux porteurs de maladie. A ce titre, les né-moldus ont pour la plupart tendance à penser que les sang-purs sont des dégénérés, et assimilables aux folies des Nobles du Moyen-Âge.

Ils se battent pour la reconnaissance de leurs droits dans ce monde magique où ils sont souvent discriminés, consciemment ou inconsciemment. Certains considèrent qu’ils ne sont pas assez informés sur les coutumes magiques pour pouvoir s’intégrer complètement, d’autres sont confrontés à de l’intolérance notamment de la part de leurs supérieurs hiérarchiques. En effet, peu de né-moldus sont haut placés dans la hiérarchie du Ministry, encore aujourd’hui.  

Ils sont persécutés par les Death Eaters, et pour certains, ne se sentent pas plus aidés par l’Order of the Phoenix. Nombre d’entre eux suivent le Ministry, qui ne discrimine pas ouvertement, et qui a son attention braquée sur une autre partie de la population, les Mutes. Les né-moldus profitent bien de ce nouvel ordre et du chaos régnant pour accéder à des positions de choix, et notamment faire ses preuves au sein du Ministry, ou pour certains, de l’Order of the Phoenix.

Le point de vue des sang-mêlés :
Les sang-mêlés sont peut-être les plus ouverts de tous : ils sont à la fois confrontés au monde magique, et à la fois au monde moldu. Ils sont généralement au jour de toutes les coutumes, et ne jugent qu’en fonction de leur éducation et de leurs convictions personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
3 — Monde Magique ; Us et Coutumes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Listes des Postes & Métiers du Monde Magique
» Liste des Métiers du Monde Magique
» La fin d'une bataille, la fin du monde magique tel que nous le connaissions...
» La Slovaquie, premier facteur matrimonial du monde magique [Eliott]
» 02 » Chronologie du Monde Magique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morning Sun :: I solemnly swear that I am up to no good. :: What you need to know :: Annexes-
Sauter vers:  
TOP SITES

NOS PARTENAIRES